Des pancartes électorales sur la Plaza Limoilou

Plaza Limoilou, politique, chemin de la Canardière

Que vous le vouliez ou non, la campagne électorale au fédéral est commencée depuis dimanche et elle sera longue, très longue. Parmi les inconvénients notoires, cela veut dire que nous « subirons » les pancartes électorales pendant une période encore plus longue qu’à l’accoutumée, jusqu’à 78 jours, d’ici au scrutin du 19 octobre… Aura-t-on droit à une trêve à certains endroits ?

Ce lundi matin, je fais ma pause quasi quotidienne à la Plaza Limoilou, en contemplant le paysage urbain. Mes yeux sont vite happés par une nouvelle pancarte électorale bien visible, en plein cœur de la Plaza. En effet, le député sortant de Beauport-Limoilou, Raymond Côté, a déjà installé ses pancartes à plusieurs endroits de la circonscription et, manifestement, ses bénévoles ont pensé qu’il serait bon d’en mettre une sur le lampadaire de la Plaza. En ont-ils le droit ? De ce que je connais des règles applicables, rien ne semble l’empêcher. Mais moralement – et, surtout, par souci du bien commun -, ne pourraient-ils pas nous laisser un territoire vierge de ces pancartes peu appréciées (pour utiliser des termes polis) ?La Plaza se veut une place publique, oui, mais aussi un lieu ludique, artistique, populaire, ouverte à tous les citoyens. La décoration et le mobilier dans les airs en font intrinsèquement partie et ils se doivent d’être apolitiques. Là, soudainement, on a l’impression d’une Plaza-NPD. Et si on se fie aux dernières années, une fois qu’une affiche est placée, d’autres suivront ; on aura donc bientôt une Plaza-NPD-Bloc-PC-PLC-Verts-etc. !M. Côté, il est encore temps de l’enlever et de respecter une sorte de trêve pour la Plaza Limoilou. Et la remarque vaut aussi bien pour les autres candidats tentés de s’y afficher. Gardons une vraie Plaza Limoilou.