Développement du réseau cyclable à Québec : de bonnes nouvelles pour Limoilou

Vélo
Parc linéaire de la rivière Saint-Charles, côté Limoilou. 29 mai 2013.

Elle était longuement attendue des cyclistes de la capitale. La Ville de Québec vient de dévoiler sa Vision des déplacements à vélo. Après les promesses rompues du Plan directeur du réseau cyclable de 2008, à quoi peut-on s’attendre pour les cinq prochaines années pour Limoilou ?

Publicité

Vision des déplacements à vélo. Ville de Québec.L’ambition semble (enfin !) au rendez-vous avec cette Vision : 3 M $ prévus pour les trois prochaines années, quatre objectifs cohérents, 100 km d’ajouts prévus pour les cinq prochaines années, allongement de la saison des pistes cyclables, accent mis sur le cyclisme utilitaire et le raccordement du réseau, etc.La Ville a travaillé en collaboration avec Vélo-Québec qui, en plus de soumettre un rapport fort instructif, a détaillé plusieurs recommandations pour Québec. L’organisme a entre autres effectué tout un travail d’analyse rigoureux pour prioriser la réalisation des projets de lien cyclable en fonction de sept critères précis (franchissement de barrière, desserte locale, potentiel de transfert modal, utilisation actuelle du vélo, desserte globale, desserte du territoire et parachèvement du réseau).Si certaines de ses recommandations n’ont pas été suivies – Vélo-Québec recommandait notamment la création d’un système de vélo en libre-service, sur le modèle du Bixi, afin de faciliter le passage entre la haute et la basse-ville –, mais les orientations globales semblent avoir été entendues par l’administration Labeaume.La réaction du directeur général d’Accès transports viablesÉtienne Grandmont, est d’ailleurs fort positive :

Il y a beaucoup de bonnes nouvelles là-dedans, notamment pour Limoilou. […] Dans la liste des projets prioritaires, on déduit que les projets dans le haut de la liste sont ceux qui se feront en premier et c’est le cas de presque tous les projets pour Limoilou. […] Avec la création du lien cyclable sur Jalobert et la 3e Avenue Ouest, ça fait un très bel axe nord-sud vers Charlesbourg à partir du parc Cartier-Brébeuf et qui passe à côté d’ExpoCité. »

Pour Limoilou ?

Concrètement pour Limoilou, à la lecture du document publié par la Ville, on retrouve plusieurs projets précis, dont au moins trois qui seront réalisés dès 2016 :

  • la création, en 2016, d’un lien cyclable sur la 3e Avenue, à partir de la rue Prince-Édouard dans Saint-Roch jusqu’à la 14e Rue ;
  • la création, en 2016, d’un lien cyclable, près du Centre Vidéotron, sur l’avenue du Colisée et la 3e Avenue Ouest, jusqu’à la 52e Rue Ouest ;
  • le raccordement, en 2016, du Parc Lairet à la rue Wilfrid-Hamel via la rue Jalobert;
  • la création d’un lien cyclable sur la Canardière, à partir de la Plaza Limoilou jusqu’à la 8e Avenue (on aurait souhaité jusqu’à Henri-Bourassa, ça viendra peut-être…) ;
  • la création d’un lien cyclable sur l’avenue D’Estimauville et l’avenue Saint-Samuel, à partir du boulevard Sainte-Anne et montant vers le nord jusqu’à Louis-XIV (le plus long projet retenu pour toute la ville de Québec) ;
  • finalisation du lien cyclable entre le parc Cartier-Brébeuf et la rue d’Espinay (où on retrouve déjà une chaussée désignée) ;
  • mise à niveau de la bande cyclable de la 8e Avenue ;
  • travaux d’accessibilité au terminus Beauport (création de stationnements pour vélos).

D’autres aménagements prévus dans Saint-Roch auront un impact important pour les cyclistes limoulois :

  • la création d’un lien cyclable sur la rue Dupont, de l’escalier de la Chapelle jusqu’à Prince-Édouard (et donc qui se prolongera jusqu’à la 14e Rue via la 3e Avenue) ;
  • la création d’un lien cyclable sur la rue Saint-Joseph, entre du Pont et Saint-Vallier Ouest (lien qui deviendrait donc directement accessible à partir du Vieux-Limoilou) ;
  • la création d’un lien cyclable sur Caron, entre le parc Victoria et la rue Saint-Vallier Est (permettant donc d’accéder à Saint-Roch et Saint-Sauveur plus aisément via le parc Victoria).

Incertitudes

8e Avenue, novembre 2015.

Plusieurs inconnus demeurent. Si les projets pour 2016 sont annoncés, on ne sait rien de l’échéancier des autres projets et mesures présentés. Par ailleurs, on ne connaît pas non plus la nature des liens cyclables créés (il y a une grosse différence entre une chaussée désignée et une piste cyclable en site propre…) et les budgets prévus  – 3 M $ par année – seront sans doute vite limités pour créer des aménagements d’envergure.À ce titre, considérant que le plan est sur cinq ans, il y a peut-être lieu de s’inquiéter de sa réalisation, car certaines mesures – bien qu’à coût faible – nécessiteront une volonté politique certaine, notamment en ce qu’elles impliqueront un partage de la route plus grand (une notion semble-t-il difficilement compréhensible pour certains animateurs de radio…). Étienne Grandmont abonde dans le même sens : « À partir de maintenant, le gros défi pour les élus sera de porter le projet et de le réaliser. »À cet effet, et pour témoigner de sa bonne volonté, je me permets une suggestion à la Ville de Québec : annoncer pour le printemps 2016 une ouverture hâtive de la saison cyclable – et un prolongement à l’automne (photo ci-contre, ce 18 novembre). Rappelons que depuis 38 jours maintenant, les pistes cyclables sont officiellement fermées pour l’hiver…