Imaginer Québec en 2050

Quartier LimoilouEntrepreneurs, promoteurs immobiliers et acteurs municipaux ont jeté, mardi 10 mars, un regard sur l’avenir de la capitale lors de l’événement Québec 2050. De l’évolution des transports au développement résidentiel, plusieurs idées y ont été émises, fruit d’une réflexion amorcée l’automne dernier dans le cadre de sept grands chantiers.Point de départ de l’événement : un sondage, mené auprès de 500 représentants du milieu des affaires de la ville de Québec. Une façon de mieux connaître leurs préoccupations, leurs perspectives.Devant une situation économique qui, selon eux, s’améliorera (40 %) ou se détériorera (33 %), la ville risque bien de se retrouver face à trois grands enjeux : le défi de la congestion routière (48 %), le vieillissement de la population (38 %) et le maintien des infrastructures (37 %).674671-y-desormais-auto-pour-15Questionnés sur la façon par laquelle répondre à cette congestion routière, les entrepreneurs sondés ont répondu qu’il fallait soit déployer un système de transport en commun en site dédié (42 %) et implanter des stationnements incitatifs (41 %), soit élargir les autoroutes (41 %) et accroître la capacité des différentes artères (40 %).Mais, alors même que ces répondants reconnaissent l’importance du transport en commun, ils ajoutent du même souffle que les priorités, en matière d’investissements, devraient être liées à l’implantation d’un troisième lien inter-rives (54 %) et l’élargissement des autoroutes (50 %).On a également souligné l'importance de répondre à la pénurie de terrains industriels, de requalifier les églises désertées en lieux publics ou communautaires, de mettre en place des immeubles LEED ou de densifier les quartiers centraux. Pour le secteur D’Estimauville, les répondants estimaient qu’un usage de type « centre de recherche et parc technologique » devait être privilégié (40 %), ou sinon un pôle de bureaux (35 %) ou d’habitations (34 %).

Réflexions et paradoxes

Les nouvelles voies réservées aux autobus sur l'autoroute Robert-Bourassa sont entrées en service vendredi, après plus de quatre ans de travaux routiers pour le réaménagement de l'échangeur avec l'autoroute Charest.Cela, dans un contexte où le développement urbain était, aujourd’hui, chargé de paradoxes, comme le disait Carl Lewis, professeur à la Faculté d’aménagement de l’Université de Montréal. Paradoxes entre individu et collectivité, entre égalités et disparités, entre concentration et déconcentration. « Mais la question la plus importante que l’on doit se poser, c’est : où voulons-nous aller ? », a-t-il lancé. Il a rappelé, ainsi, l’importance de faire des choix et d’investir pour réaliser ces projets.

Les décisions les plus importantes à prendre seront liées aux transports. Veut-on laisser plus de place aux transports alternatifs ? Et si c’est oui, il faut aussi se dire qu’il ne sera pas simple d’en augmenter la part modale si on ne fait pas grand-chose… Si on veut lui donner une plus grande importance, alors il faut hausser les investissements », a indiqué Carl Lewis.

Et si on attend trop ? « L’urbanisme se fera en fonction d’autres solutions, comme l’automobile. »

Développement des quartiers centraux

Parmi les projets émis au fil des chantiers, la question du redéploiement des quartiers centraux a été évoquée de façon à en développer la mixité, la durabilité, la densification. Cela, en parallèle d’un développement également accentué pour la première couronne, et de la création de nouveaux quartiers en périphérie.L’idée serait ainsi de renforcer le pouvoir d’attraction de certains secteurs de la ville, de donner une identité plus forte à ceux-ci. Pour Saint-Roch ?

Il s’agirait d’en faire un pôle de culture et de numérique, un lieu de convergence pour les activités culturelles », a expliqué, devant l’audience, la responsable du chantier sur les Pôles d’activité économique, Nathalie Roussin, des Immeubles Roussin.

Publicité

sma_novDe manière générale, il s’agirait de renforcer l’attractivité des artères commerciales de Québec, de bonifier et développer leur offre autant que leur spécificité.Pour d’autres secteurs comme D’Estimauville, on parle plutôt d’un développement à la fois industriel et résidentiel. L’industriel y serait léger, autour du secteur technologique ou de la santé.

En ce qui concerne le volet résidentiel, nous aimerions y voir s’installer une clientèle similaire à celle qui s’établit actuellement à Limoilou, c’est-à-dire des jeunes familles qui souhaitent vivre plus près de leur lieu de travail », a expliqué Mme Roussin.

L’idée étant, globalement, que chaque pôle d’affaires en vienne à se spécialiser plutôt que de se faire compétition.

Transports, urbanisme et engagement citoyen

946201-amphitheatre-quebec-coliseeAlors qu’en matière de transports, on parlait de transport en commun durable suffisant pour desservir la ville, de voies réservées, de SRB (services rapides d'autobus) et d’automobiles sans conducteur ou électriques, on évoquait l’idée d’un parc thématique pour Expocité, de manière à développer plus avant le potentiel du nouvel amphithéâtre et l’accompagner d’autres infrastructures permanentes.Les possibilités offertes par les technologies de l’information et des communications afin de bonifier la participation citoyenne et son implication dans le développement urbain ont également été soulignées. On parle ici d’une forme « d’urbanisme participatif » et d'ainsi profiter de « l’intelligence collective » des citoyens.

Cela permettra de mieux répondre aux besoins et de mieux garantir l’acceptabilité sociale des projets proposés et développés », a noté Jean Morency, de la Société de développement Eximm, responsable du chantier Ville intelligente et durable.

Cela, en favorisant également la mise en place de formes alternatives d’habitation, à l’image notamment du projet Cohabitat, dans Saint-Sauveur.En terminant, les organisateurs de Québec 2050, l’Institut du développement urbain de Québec, ont rendu disponible un condensé vidéo d’un peu plus de trois minutes des principales conclusions des sept chantiers :https://www.youtube.com/watch?v=C9Y7j8HGfD0