La 3e givrée et glacée

Samedi, le froid était un peu mordant, mais pas suffisamment pour empêcher les Limoulois de participer à la 3e… complètement givrée !, organisée par la SDC 3e AvenueLa deuxième édition de l’événement a été célébrée sous le soleil et les jeunes familles avaient bien emmitouflé leurs progénitures pour profiter des activités offertes : conte au coin du feu, tire sur neige et parcours «à l’érable», petit espace pour jouer au hockey (avec mini-bâtons gratuits fournis par la Caisse Desjardins de Limoilou), etc.Seule petite déception, la «super-glissade» de 55 pieds portait mal son nom : ça glissait mal, justement… Malgré de petites retouches, plusieurs enfants devaient pousser fort pour se rendre jusqu’en bas.Pour les plus grands – qui semblaient en moins grand nombre -, les deux tentes chauffées offraient la possibilité de se sustenter ou d’acheter des produits de créateurs du quartier et d’ailleurs. En plus des commerçants souvent présents dans les événements locaux (Croc Mignon et Vert Lime traiteur, notamment), notons la présence surprise du Pub La Chope – même certains «habitués» du Pub  étaient sur place ! Le Triplex Suspendu, qui se remet de sa mésaventure, offrait aussi des produits, tout en recevant des encouragements des citoyens du quartier.Sur place, on pouvait également croiser la duchesse de Limoilou, Émilie Rioux, arborant fièrement une écharpe en bandoulière Limoilou. On n’oublie pas d’aller voter pour elle en ligne, sur le site de la Revengeance des duchesses.La fête s’est définitivement réchauffée avec l’arrivée de Bonhomme Carnaval et de sa suite. Après un mot pour remercier les gens qui s’étaient déplacés, le Bonhomme s’est livré à une partie de souque à la corde contre l’homme fort Hugo Girard. Ce dernier s’est finalement avoué vaincu lorsque les duchesses se sont mises de la partie…Avec le succès renouvelé de la 3e… complètement givrée, est-ce qu’on peut rêver que la parade de la «basse-ville» – maintenant appelée la «parade de Charlesbourg» – se rende jusqu’au Vieux-Limoilou dans l’avenir… ? Faudrait en parler à Bonhomme la prochaine fois.[ À lire aussi : Un bûcheron au Carnaval (édition 2014). ]