Le Triplex Suspendu, victime de malfaiteurs

triplex-suspenduLe 7 janvier dernier, à 8 h, après deux semaines de fermeture pour permettre aux 14 employés de prendre du temps de qualité en famille, Marianna, la chef du Triplex Suspendu, vient préparer le restaurant pour la réouverture le lendemain. Sur place, les traces d'un vol. C’est le choc. Une fenêtre est brisée, la porte défoncée, la cuisine sens dessus dessous, tout est à terre. Elle appelle en urgence Jean-Laurence, copropriétaire de l’établissement. À son arrivée, c'est la désolation.Au-delà des nombreux bris matériels, Jean-Laurence réalise que tout ce qui se trouvait à l’intérieur de son commerce a été dévalisé. Le système de son au grand complet, des instruments de musique, tout l’alcool, incluant la cave à vin, le contenu des réfrigérateurs et congélateurs, des outils de cuisine, les toiles d’artistes exposées, l’inventaire d’artisanat en vente...

Le coffre-fort et la caisse enregistreuse ont été défoncés, irrécupérables. Ils sont partis avec toute la grosse commande que j’avais faite pour la réouverture. Des morceaux géants de viandes et de fromages. Ce que les voleurs n’ont pas pris, ils l’ont laissé sur le comptoir, j’ai dû tout jeter. Ils ont pris jusqu’au jus de pomme et même mon rouleau de Saran Wrap. »

Jean-Laurence appelle la police, l’enquêteur prend des notes. Il contacte ensuite ses assurances. « Désolé, vous n’êtes pas couvert pour les vols. » C’est la cathare.

Je réalisais que je venais non seulement de perdre des dizaines de milliers de dollars, mais aussi qu’à quelques semaines de l’accouchement de mon petit dernier, j’étais à la rue, j’allais devoir fermer boutique et mettre à la porte mes 14 employés », raconte Jean-Laurence.

Il mène sa petite enquête

Au bord du désespoir, Jean-Laurence se rend alors compte qu’il lui manque ses trois bacs de récupération. Se disant qu’il est possible que les voleurs ne soient pas très loin, il décide de prendre les choses en main. « Il n’était pas question que je reste assis à ne rien faire, j’ai décidé de mener ma propre enquête dans le quartier. »À la recherche d'indices aux alentours, il découvre des traces de roue dans la neige et décide de les suivre. Près de 11e Rue et de la 2e Avenue, il aperçoit une boîte sous la neige. En la récupérant, il voit qu’elle provient de son commerce. Sidéré, il discerne beaucoup de traces de va-et-vient vers un tambour, derrière un immeuble à logements qui donne sur la ruelle. Après deux appels au 911, deux autopatrouilles en surveillance et l'arrivée d’un enquêteur, deux suspects sont arrêtés et Jean-Laurence met la main sur les deux tiers de ce qui lui a été volé. Un troisième complice courrait toujours.À cette occasion, Jean-Laurence apprend de la police que plusieurs dizaines de vols ont été perpétrés dans le quartier depuis quelques semaines. Un teinturier aurait aussi été défoncé, Demers bicyclettes, forcé, et on retrouve même quelques objets appartenant au Fun en bouche au même endroit.Semble-t-il que le modus operandi serait de passer par les ruelles durant la nuit pour entrer par infraction dans les commerces et les particuliers. « Il faudrait être plus attentifs et ne pas hésiter à appeler la police si on voit quelque chose de suspect dans les ruelles la nuit. J’appelle le public à redoubler de prudence », recommande Jean-Laurence. Pour sa part, le Triplex Suspendu ne prend plus de chance, il sera maintenant équipé d’un système d'alarme dernier cri.

La suite : La Ruche à la rescousse

Malgré la récupération d’une partie du matériel, c’est plus de 9000 $ en perte et en réparation qui guettent le Triplex Suspendu.

Publicité

On fait environ 50 cennes par repas dans notre établissement, ce n’est pas beaucoup, mais on préfère garder ça comme ça et garder notre section de jeux pour enfants et notre nourriture de qualité. Par contre, vendre 9000 repas en quelques semaines pour ne réussir qu’à se relever n’est pas du domaine de la réalité. »

Le copropriétaire a donc dû se faire à l’idée de demander l’aide du public pour récupérer 4500 $, le minimum pour continuer à faire rouler le restaurant.

Avec un peu de recul, il n’était pas question que des voleurs mettent fin à mon rêve. Je continue à croire qu’un lieu comme le nôtre doit exister pour la relève musicale et artistique. Un lieu aussi pour les familles, malgré que ce soit moins payant. »

C’est pourquoi le Triplex Suspendu lance aujourd'hui une campagne de financement sur La Ruche.

On pourra détailler tout ce que nous faisons avec l’argent et je vous promets que c’est uniquement pour ne pas fermer que nous devons faire cela. Les contributeurs feront partie physiquement de l’endroit et leur nom sera exposé dans notre commerce. »

Cela dit, Jean-Laurence rappelle que la meilleure façon de les encourager reste encore de venir manger et boire durant les prochaines semaines. « Les délais sont très courts pour réussir à tenir le coup, c’est aussi la raison pourquoi nous devons faire appel à une campagne de financement », se résout le copropriétaire.

Ce qui manque toujours à l’appel ou qui est inutilisable :

  • Un amplificateur de marque Denon
  • Un iPad
  • De nombreuses caisses de vin
  • Un moniteur de scène
  • Certains instruments de cuisine, dont des girafes commerciales
  • Une caisse enregistreuse
  • Un coffre-fort
  • Une porte et une fenêtre