L’école Abou Debra

Source : Le Soleil, Mylène Moisan, 7 juin 2015 (…) L’école de mon grand est une école qui a la cote, mais pas celle que l’on souhaite, elle a la cote «défavorisée». Sur une échelle de 1 à 10, 1 correspondant aux milieux les plus favorisés, Saint-Fidèle est à 8. Le calcul est établi en fonction des revenus des gens du quartier, ceux qui vivent sur ou sous le seuil de pauvreté.C’est cette école-là que les enseignants, la directrice Mme Danièle et les éducateurs du service de garde tiennent à bout de bras, en plus des intervenants qui viennent prêter main-forte.Le quart du personnel habite dans le quartier.Ils aiment leur école et ça paraît. (…)[ Tout l’article. À lire aussi : L’école Saint-Fidèle en vedette à « Faire la ville ». ]

Publicité