Les origines de (la) Fête nationale

Victor Paré, réalisateur. (Photo courtoisie)
Victor Paré, réalisateur. (Photo courtoisie)

Engagé. Envers le cinéma, la culture, l'identité, les autres et soi-même, bien avant de l'être pour la politique. Aussi, dans le court-métrage Fête nationale que vient de réaliser Victor Paré, la référence à l'indépendance ne doit pas faire écran au véritable souffle qui porte l'intrigue : une quête des origines – dans laquelle, à ce titre, Limoilou a son rôle à jouer.

Après deux années d'absence, Victor Paré revient à Limoilou. Là où il a passé Victor Paré - Fête nationalela majeure partie de sa vie, là où le scénario de Fête nationale a pris forme.

J'ai écrit une bonne partie du scénario à la Brûlerie sur la 3e Avenue, tourné des scènes chez Fratelli et Limoilou en vrac, discuté avec mes collaborateurs au Bal du Lézard où j'échangeais des conseils avec Edgar Fritz [Limoilou le film] », confie l'homme derrière les studios Fantôme.

P'tit gars du coin, il n'a pas choisi de tourner sa caméra vers Limoilou pour sa proximité. Pas seulement, du moins :

Je me sens tellement chez moi ici, et c'est un film lié à mes origines, donc ça allait un peu de soi que je tourne ici… Il y avait en partie un côté sentimental à ça. Mais je ne m'en rendais pas compte avant que tu me le demandes ! », lance-t-il dans un rire.

Les coulisses

Il faut dire qu'il y a beaucoup de choses qui composent ce thriller d'action politique, « plein d'idées éparpillées » rapiécées dans un tout qui tient sur 20 minutes. Tom veut célébrer la Saint-Jean avec ses amis sur les plaines d'Abraham. Ses plans seront contrecarrés lorsqu'il reçoit l'appel d'une vieille connaissance, qui l'obligera à partir en mission dans les rues de Québec pour réaliser un film de propagande indépendantiste. Tom, personnage apolitique qui a renié son passé, devra faire face à ses origines.« Je ne m'étais jamais vraiment intéressé à la politique avant ça », avoue Victor Paré, qui comptait déjà quelques courts à son actif. Mais voilà, le désir de sortir de sa zone de confort, d'essayer de comprendre d'autres manières de penser est venu teinter ses réflexions sur la culture et l'identité.Personnage de TomEt puis il y a eu Thomas Gionet-Lavigne (à droite) et Denis Trudel (ci-dessous). Thomas, qui a joué dans À l'ouest de Pluton (2008), client fidèle du club vidéo où, pendant cinq ans, Victor Paré s'est gavé du 7e art derrière le comptoir. Les prémisses du projet lui trottaient déjà dans la tête, mais la rencontre avec l'acteur a donné corps aux idées. « J'aime beaucoup écrire en fonction d'une personne », précise celui qui lui a alors créé un rôle sur mesure avec aussi, dans la tête, la figure de Denis Trudel. Denis Trudel qui, il y a 25 ans, tenait un rôle de felquiste dans Octobre de Pierre Falardeau. La lecture du scénario l'a d'emblée convaincu.

Publicité

Sur les écrans

Denis TurmelLa version finale de 20 minutes s'écarte toutefois du montage d'origine qui, mélangeant fiction et documentaire en hommage au cinéma direct des années 1970, tenait en 60 minutes. La majorité des scènes filmées lors de la Saint-Jean de 2012, où des fêtards témoignent sur le vif, ont été coupées de la version resserrée qui sera proposée aux festivals. Cela, en partie sur le conseil que Victor Paré a reçu des collaborateurs au projet, qu'il voulait d'ailleurs réaliser de façon collective, quitte à faire des compromis.

Mais je suis très content [de la version courte]. Je crois qu'elle peut agir comme appât à une personne qui serait intéressée à voir le long. J'espère aussi que, dans 15-20 ans, la version intégrale va rappeler des souvenirs de ce qu'était la Saint-Jean dans ce temps-là », dira-t-il à propos d'une fête qui a déjà bien changé avec le resserrement des mesures. Il compte néanmoins la rendre disponible sur Internet.

Tout en travaillant à ce que ces quatre ans d'investissement paraissent sur les écrans de festivals, Victor Paré entend maintenant privilégier des projets de court-métrage plus intimistes, où la technologie pourrait être mise à profit.La bande-annonce est accessible sur la page Facebook du projet.