Montréal : Quand la mobilité se déplie

Source : La Presse, François Cardinal, 19 septembre 2015 (...) Je l’ai traîné partout. Comme un chien Mira sur deux roues.J’ai pris le taxi, l’autopartage, le métro à l’heure de pointe. Je l’ai rentré dans mon bureau, un café, une librairie, une tour du centre-ville. Je l’ai embarqué dans le bus, le train de banlieue, une Smart de car2go.Conclusion no 1 : le vélo pliant [photo] est le chaînon manquant du réseau de transport en commun. Pour qui est prêt à y mettre du sien.C’est le trait d’union entre le bus, le métro, le train, le taxi, l’autopartage. C’est un outil très efficace pour diminuer les distances, sans crainte de se faire voler sa monture.Vous sortez du métro et le prochain bus passe dans 20 minutes ? Vélo pliant. Vous avez réservé une Communauto ou une Auto-mobile mais elle est garée loin ? Vélo pliant. Il n’y a pas de circuit de bus entre votre bureau et la gare de train ? Vélo pliant.Bref, cette drôle de monture offre un service porte à porte. Elle permet de franchir les distances trop longues pour la marche. Et elle colmate tous les petits trous du réseau de transport collectif. (...)[ Tout l'article ]