Port de Québec : inquiétude et mobilisation autour du projet d'agrandissement

port001

Le projet d’agrandissement du Port de Québec continue de susciter de la grogne, alors que l’impact lié au transport pétrolier par voie ferrée a fait réagir le Parti Québécois, hier, lors de la période de questions à l’Assemblée Nationale. De son côté, l’Initiative citoyenne Vigilance Port de Québec lance un nouvel appel à la mobilisation autour du dossier.

Première critique de l’opposition officielle? Le fait que le Port de Québec soit « juge et partie du projet en maintenant sa propre évaluation environnementale et ses propres consultations ». C’est en ces mots que le chef intérimaire du PQ, Sylvain Gaudreault, a dénoncé le fait que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) ne puisse pas et ne soit pas saisi du dossier.La question du transport ferroviaire du pétrole, pour transbordement, dans le cadre de ce projet de quai en eau peu profonde, a également été soulevée par la députée de Taschereau, Agnès Maltais, tel que le rapporte Radio-Canada :

[La voie ferrée] passe à côté des garderies (…), traverses les quartiers centraux de Lairet et en plein cœur de Vanier, des zones extrêmement denses, des zones résidentielles », a souligné la députée de Taschereau, Agnès Maltais.

Appel à la mobilisation

vigilance-port-quebecDe son côté, l’Initiative citoyenne Port de Québec a fait parvenir, hier, par courriel, un nouvel appel à la mobilisation autour du controversé projet : « Le pire est devant nous! » ont-il lancé, rappelant l’étant important d’avancement du projet, qui ne manque plus que « le dernier tampon du fédéral pour y investir les 250M$ manquants ».

En plus des risques et enjeux liés au transport du pétrole rapportés dans les médias, qui sont réels et toujours à l’agenda malgré les récentes affirmations du Port de Québec, l’ensemble du projet est selon nous illégal, immoral et surtout sans potentiel de création de richesse pour notre communauté. Si certaines activités portuaires sont effectivement porteuses de richesse, quand va-t-on enfin admettre que le simple transit du vrac est une activité qui demande beaucoup d’espaces, peu de main-d’œuvre, génère peu de richesse, mais beaucoup d’impacts à l’environnement? », lance-t-on dans la missive.

Publicité

L’Initiative citoyenne déplore également le fait que l’Administration portuaire de Québec détiennent tous les pouvoirs dans ce dossier et qu’ainsi, « aucune autorité indépendante n’interviendra dans le processus » pour cet agrandissement qui « exige de soustraire effrontément à l’intérêt commun encore un peu du fleuve Saint-Laurent ».

Si le Port de Québec souhaite réellement assurer son développement et sa rentabilité dans le respect de la communauté et de l’environnement, comme le lui commande sa mission, il n’y a plus qu’une voie possible : laisser tomber son projet d’agrandissement et rediriger ses actions et notre argent vers un important chantier de réfection de ses installations par la mise sous couvert permanent de ses opérations », ajoute-t-on dans l’envoi.

C’est par un appel à la mobilisation que se conclut le courriel envoyé par l’Initiative citoyenne Vigilance Port de Québec : « Il est minuit moins cinq et l’horloge tourne vite. C’est maintenant que vous devez agir pour communiquer votre opposition à ce projet qui viendra sonner le glas de notre droit à un milieu plus sain. Dirigeants, administrateurs, élus, fonctionnaires, multipliez vos cibles et exigez des actions concrètes. »

Mise au point du Port de Québec

La présidente du comité de vigilance des activités portuaires, Suzanne Verreault, appelle à une «trêve» avec l'Administration portuaire de Québec pour répondre notamment aux questions touchant la santé et l'environnement. Photothèque Le Soleil, Pascal RatthéLe projet proposé par le Port de Québec, sur la table depuis 2011, vise, pour le secteur Beauport, la réalisation simultanée de l’extension de la ligne de quai et la construction d’un Duc-d’Albe.La phase 1 de l’initiative a été soumise au gouvernement fédéral à l’automne 2014. Celle-ci propose une extension de 510 mètres de la ligne actuelle de quai, un agrandissement de l’arrière-quai de 18,5 hectares ainsi que la consolidation et l’agrandissement de la plage de la Baie de Beauport.Dans un envoi au média, hier, l’Administration portuaire a rappelé « que le projet sera présenté en détail à la population puis soumis à une consultation publique formelle lorsque le financement sera accordé ».

Dans la foulée de la croissance constante du commerce maritime mondial, de la relance du plan Nord, de la stratégie maritime et pour assurer la pérennité de ses infrastructures, le Port de Québec entend poursuivre le développement de sa mission qui est de favoriser et développer le commerce maritime, de servir les intérêts économiques de la région de Québec du Canada et d’assurer sa rentabilité dans le respect de la communauté tout en répondant à des exigences environnementales strictes », a ainsi souligné dans cet envoi le président-directeur général du Port de Québec, Mario Girard.