Requiem pour le Miracle

Miracle sur la 3e Avenue 2014

La nouvelle est sortie par voie d’un communiqué plutôt laconique, le 27 octobre dernier : l’événement Miracle sur la 3e avenue ne revenait pas cette année en raison des « coupures budgétaires imposées par différents partenaires ». Déçu sur le coup, j’ai tenté d’en savoir plus sur la fin d’un événement apprécié des tout-petits.

Je le confesse d’emblée : j’ai toujours été un partisan de l’organisme Limoilou en vrac. Autant je leur ai fait parfois des critiques constructives par le passé, autant je trouve leur présence dans notre quartier essentielle et je ne m’étais pas gêné pour l’exprimer lors d’une récente campagne de financement. Peu de quartiers dans la ville ont la chance d’avoir une OBNL qui a pour mission d’animer son quartier et de lui insuffler un certain dynamisme au plan culturel (entre autres). À ce titre, le Vieux-Limoilou peut se compter chanceux d’avoir Limoilou en vrac ; d’autres quartier nous l’envient d’ailleurs.Donc, qu’est-ce qui explique la fin du Miracle ? Un certain essoufflement de la formule ? Des coûts trop élevés ? Jean-François Girard, coordonnateur de Limoilou en vrac, explique :

Nous avons perdu 80 % des montants en commandites et subventions pour l’activité. D’abord, suite aux nouvelles orientations prises par le conseil d’administration de la SDC 3e avenue, l’activité ne cadrait plus avec les priorités. Ensuite, le service de la culture de l’arrondissement La Cité/Limoilou (principal bailleur de fond) plafonne les subventions aux organismes pour des demandes en animation urbaine. […] Limoilou en vrac, en raison de ses nombreuses activités durant l’année, avait obtenu le maximum pour 2015 et le Miracle a écopé. »

De son côté, la SDC 3e avenue a donné peu de détails sur les raisons ayant mené à l’abandon du financement de cette activité. Sébastien Chamberland, le directeur général, nous a confié ceci : « Je n’étais pas en poste au moment où la décision a été prise. […] De ce que j’en ai compris, ce serait d’un commun accord entre les différents partenaires qu’on a mis un terme à l’événement. » Selon lui, « autant la Ville de Québec que la SDC souhaitent promouvoir de nouveaux événements dans le futur ». Entre les branches, on comprend que le Miracle a été un peu victime d’une forme de lassitude et que certains estimaient qu’il n’attirait pas suffisamment de clientèle de l’extérieur du quartier, et ce, même si la participation populaire demeurait au rendez-vous (surtout chez les jeunes familles de Limoilou).Bref, le Miracle a été victime d’un mélange de règles budgétaires et de désintérêt de la part de ses partenaires financiers. Dommage. Si la formule pouvait en effet être dynamisée et renouvelée, nul besoin de tout changer pour la rendre plus « attrayante ». Seule véritable fête familiale dans le quartier, les bases demeuraient les bonnes : un événement de rue en plein cœur du quartier, des chanteurs, des animaux, des amuseurs de rue, du hockey, et… le père Noël. Il manquait de vin chaud et de marrons, mais ça…

Espoir de retour ?

Peut-on espérer un retour du Miracle en 2016 ? Jean-François Girard nous répond : « Pour l’instant, c’est non, mais je crois qu’il devrait y avoir une fête pour souligner Noël dans le Vieux-Limoilou. » On ne saurait mieux dire : même si elle vise aussi à souligner Noël, la parade des Jouets ne joue pas le même rôle et a lieu à la mi-novembre. Cette année, en décembre, il manquera clairement une activité reliée à Noël dans le quartier. Souhaitons que pour l’an prochain, tous les partenaires du quartier puissent s’unir à temps pour concocter un événement de qualité. Et qu’on y retrouvera du vin chaud avec des épices boréales québécoises, tiens… En attendant, Limoilou en vrac vend quand même des sapins pour se financer, rendez-vous ici pour vous en procurer.

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.