Retour des chaînes humaines devant les écoles

« Je protège mon école publique ! »
« Je protège mon école publique ! ». École de la Grande-Hermine. 1er septembre 2015.

Le 1er octobre prochain, « Je protège mon école publique » invite de nouveau les parents à former des chaînes humaines devant les écoles primaires et secondaires. Le mouvement veut ainsi dénoncer les coupes en éducation dont les élèves de la province font les frais, soutient-il, depuis la rentrée scolaire.

Au printemps dernier, le ministre Blais promettait que les services aux élèves ne seraient pas touchés par la dernière vague de compressions en éducation. Force est de constater qu’il a eu tort puisque, depuis la rentrée scolaire, les parents comme les professionnels du milieu de l’éducation ont constaté une diminution marquée des services offerts aux enfants. Il est temps que le ministre Blais admette cette réalité, reconnaisse que le ministère de l’Éducation et les commissions scolaires manquent actuellement à leur responsabilité de fournir les services requis à nos enfants et ce, partout en province. Il doit remédier à la situation dans les plus brefs délais, car les milieux de vie que sont nos écoles se sont détériorés de façon inquiétante. Une génération d’enfants est en train de payer le prix des mesures d’austérité du gouvernement en place. Et c’est toute la société du Québec qui en subira les conséquences dans quelques années », a tonné Pascale Grignon, porte-parole du mouvement Je protège mon école publique.

Les conséquences des compressions seraient particulièrement dramatiques aux chapitres de l’accès à des services adaptés (orthopédagogie, orthophonie, enseignement spécialisé, etc.), du dépassement de la capacité d’accueil des écoles, de l’augmentation du nombre d’élèves par classe à la suite de l’abolition des ratios spéciaux attribués à certains élèves et de l’abandon de nombreux services (transports scolaires, aide aux devoirs, aide alimentaire, etc.). Ces ponctions, précise le mouvement, touchent 88 % des élèves du Québec, soit quelque 900 000 enfants qui fréquentent un établissement public primaire ou secondaire :

Et les élèves les plus vulnérables ne sont pas épargnés, au contraire. Comme si ce n’était pas suffisant, le gouvernement semble vouloir persister dans cette voie alors qu’il est question, dans le contexte des négociations avec les professionnels de l’enseignement, d’augmenter encore le nombre d’élèves par classe et de confier davantage d’élèves en difficulté aux enseignants. »

Je protège mon école publique invite donc les parents du Québec à se donner rendez-vous le 1er octobre devant l’école de leur(s) enfant(s) 30 minutes avant le début des classes afin de former un nombre record de chaînes humaines. Élèves, membres du personnel, grands-parents et citoyens sont invités à se joindre à eux.Cette 4e édition des chaînes humaines fait suite à des actions similaires réalisées le 1er mai, le 1er juin ainsi que le 1er septembre derniers, alors que pas moins de 21 000 participants s’étaient donné la main devant plus de 270 écoles réparties dans 16 des 17 régions du Québec.Pour en savoir plus :  la page Facebook du mouvement Je protège mon école publique.[ À lire aussi : « Je protège mon école publique » : ce matin, du côté de Limoilou ]