Retour « temporaire » en 2016 pour la plaza Limoilou ?

Plaza Limoilou
Plaza Limoilou : juillet 2015, décembre 2015…

De juin à octobre, le projet pilote de la plaza Limoilou, sur la 6e Rue à l’intersection de la 3e Avenue et du chemin de la Canardière, a visiblement séduit de nombreux résidents du quartier, mais il aurait aussi été accueilli de façon mitigée par certains commerçants du coin.

À l’invitation de la conseillère municipale du district de Limoilou, Suzanne Verreault, une cinquantaine de citoyens ont pris connaissance hier soir, au Centre Horizon, du bilan de l’an un de la place publique et ont pu s’exprimer sur cette nouvelle attraction qui pourrait devenir permanente.Plaza Limoilou, présentation publique du bilan. Suzanne Verreault et Vincent Roy. 8 décembre 2015. Rappelons que le projet piloté par la Ville de Québec en collaboration avec la SDC 3e Avenue – Limoilou et le conseil de quartier du Vieux-Limoilou, a été le théâtre cet été de nombreuses activités festives planifiées par Limoilou en Vrac.

Lors du démantèlement du lieu temporaire de rassemblement événementiel et artistiqueVincent Roy, le directeur artistique de EXMURO Arts publics (organisme concepteur du projet), présent hier, se disait optimiste pour un retour permanent de la nouvelle place publique limouloise, ce qui se sentait d’ailleurs dans une assistance incluant une poignée de marchands du secteur concerné.

« Un accueil très positif »

Plaza Limoilou, présentation publique du bilanVotepour.ca a reçu le mandat de la Ville de compiler des données pour l’évaluation de la plaza Limoilou. Dans un premier temps, Marc Jeannotte, cofondateur de l’organisme, a présenté les résultats du sondage – disponibles en ligne – mené du 15 juin au 9 octobre dans le but d’évaluer l’achalandage et l’appréciation des utilisateurs afin de mieux cerner les caractéristiques, la vocation principale d’une place publique dans le Vieux-Limoilou. « Avec Monlimoilou, on a aussi fait du porte-à-porte pour recueillir des impressions des résidents du secteur, en général très positives », a-t-il précisé.

Menée auprès d’un échantillonnage de 220 personnes, l’enquête a entre autres montré un taux d’approbation quasi unanime. Les citoyens de Limoilou, mais aussi de Saint-Roch, généralement des jeunes de 25 à 35 ans, étaient les principaux utilisateurs de la Plaza Limoilou, surtout les soirs de semaine et les fins de semaine. Les Jeudis Jazzons et le Festival de jonglerie ont été des activités particulièrement appréciées, selon le sondage. Concernant l’aménagement, le design du site, les avis étaient cependant partagés. « On aime ou on n’aime pas ; ça tire vers les extrêmes ! » Il en était de même pour le mobilier, le confort, « surtout lors des grandes chaleurs ».

Par ailleurs, a souligné M. Jeannotte, les personnes sondées souhaitaient notamment plus d’animation et d’activités, un kiosque d’alimentation et de boisson, davantage d’espaces de jeu mieux intégrés dans la place. « Plusieurs bonnes idées pour s’inspirer ! », a-t-il conclu en invitant les citoyens à partager dans le Facebook ou le site de Votepour.ca leurs idées et inspirations.

Mission accomplie pour Limoilou en vrac, vision d’avenir de la SDC

Par la suite, le directeur de Limoilou en vracJean-François Girard, a exprimé sa satisfaction d’avoir pu mener à terme la plupart des activités qu’il avait planifiées.

Nous avions trois semaines pour préparer la programmation de l’été, soit 13 événements. Seul l’opéra a été annulé. Les Jeudi Jazzons semblent avoir particulièrement été appréciés : le premier a attiré environ 30 personnes, mais à la fin, on en a eu 150. […] Gros succès aussi pour le Cinéma avec environ 250 spectateurs. Et on a clôturé la saison avec le Petit festival de l’accordéon, une autre grande réussite qui a attiré une autre sorte de clientèle : ce serait à répéter ! ».

Plaza Limoilou, présentation publique du bilan. Nicolas Marcoux.Nicolas Marcoux a pris ensuite parole au nom de la Société de développement commercial de la 3e Avenue  en soulignant d’entrée de jeu qu’il était en poste à titre de président depuis avril.

J’ai trouvé l’idée géniale quand elle nous a été proposée. Pour la SDC, une place appartenant aux citoyens au coeur du quartier, c’est fondamental. Comme représentant des commerçants de la 3e Avenue, comme j’ai un atelier sur l’artère, j’y crois. Cependant, a-t-il nuancé, on a reçu quelques critiques concernant la qualité de l’environnement de la place publique. […] Ce qu’on répète aujourd’hui, si la Ville y va avec une place permanente, nous souhaitons un investissement majeur dans le poumon économique du quartier. Oui, on va être avec vous, pour que cette place-là prenne de l’expansion et fasse des petits. […] Nous devons aussi considérer les doléances de certains commerçants, et leur demander qu’est-ce qui était moins agréable pour eux, la livraison par exemple. »

Sur ce dernier point, dans un échange cordial avec Mme Verreault, M. Marcoux a dit apprécier le travail de réflexion de la Ville sur les irritants, mais aussi sur le « positionnement technique » de la place publique et son rôle attractif pour les gens de l’extérieur au profit des marchands et avec l’aide de Limoilou en vrac. « Il y a de plus en plus de touristes qui viennent, et on doit aussi considérer qu’un artiste majeur à Québec, Alfred Pellan, a vécu tout près », a rappelé le président de la SDC comme source d’inspiration pour le retour de la place publique.

Des résidents et… un commerçant s’expriment

Plaza Limoilou, présentation publique du bilan. 6e RueSi en deuxième partie, une quinzaine de personnes ont exprimé en majorité au micro leur opinion favorable au retour de la place publique, quelques citoyens de la 6e Rue ont tenu à manifester de nouveau leurs préoccupations sur des problèmes de circulation automobile qu’ils ont vécus, principalement dans les ruelles entre la  5e Rue et la leur.

Entre autres récriminations entendues touchant aussi la sécurité : « L’utilisation des ruelles était dangereuse pour les enfants, et il faut oubliez ça pour l’hiver à cause du déneigement ! », a souligné l’un deux. Le sujet a aussi été évoqué pour la place même : « Quand ça déborde de monde, sur de la Canardière, ça peut être dangereux pour les piétons. Avec les familles, il faut être vigilant ! » Un résident a entre autres suggéré une installation de type « carrefour giratoire » sur les lieux avant que le sujet des aménagements soit abordé brièvement par André Plante (Aménagement et développement urbain de la Ville), invité à la table.

Plusieurs s’attendaient à de multiples interventions de commerçants, mais un seul a parlé. Le propriétaire de Juneau a rappelé, comme venait de le souligner M. Marcoux, qu’il fallait absolument régler le besoin d’espaces pour les véhicules d’approvisionnement, « en évaluant peut-être la possibilité « de fermer la 6e Rue pour une partie de la journée seulement ».Plaza Limoilou, présentation publique du bilan. 8 décembre 2015.

Par ailleurs, il faut aussi noter l’intervention passionnée de André-Paul Gagné, propriétaire juste en face de la plaza Limoilou de l’immeuble où a déjà habité le célèbre peintre Alfred Pellan et dont le souhait de valoriser son œuvre a fait l’objet de multiples reportages. « Je félicite M. Marcoux d’en avoir parlé, ce serait une belle occasion de l’honorer, et pour ma part, j’aime mieux place que plaza […]. » M. Gagné a aussi déploré « la peinture au sol qui était dure à décoller », ce qu’a reconnu M. Roy, d’EXMURO.

En conclusion, dans l’ensemble, la plupart ont exprimé une grande satisfaction à l’égard de la place publique tout en désirant qu’on la bonifie :

C’est une des plus belles réalisations de Limoilou depuis longtemps. […] Je demeure sur la 6e Rue, et j’ai aimé la musique. […] Je me promenais entre le SPOT du côté de Saint-Roch et la plaza, et je me sentais comme une vraie citoyenne. […] Je souhaite davantage de jeux. […] J’espère que la place sera en lien avec le marché public. […] Pour ma part, après toutes ses réflexions, je suggère de refaire une place temporaire l’an prochain avant de penser à son aménagement permanent…

Un prochain rendez-vous

Pour le mot de la fin, Suzanne Verreault a souligné qu’à la lumière des échanges, le scénario d’un retour « temporaire » de la place publique sera envisagé, que « des enjeux majeurs sur lesquels nous allons réfléchir concerneront la 6e Rue et les besoins de livraison », et qu’une autre rencontre citoyenne aura lieu au printemps.

Toujours dans l’optique de la mise en valeur du secteur, enfin, l’œuvre d’art qui agrémentera l’an prochain le coin 3e Avenue et de la Canardière sera dévoilée dans les prochains jours.