SDC 3e Avenue  : nouveau C.A., nouveaux dossiers (2 et fin)

3e Avenue
3e Avenue. 16 avril 2015.

En assemblée annuelle le 30 mars dernier, la SDC 3e Avenue élisait son conseil d’administration 2015. À sa tête, un nouveau président, Nicolas Marcoux.

Dans ce dernier volet, le propriétaire de la boutique Objet-Mobilier décrit les objectifs de l’organisme visant le développement harmonieux du cœur commercial du Vieux-Limoilou dans le respect de ses membres et en collaboration avec les partenaires du milieu.

Déjà du pain sur la planche

SDC 3e Avenue - logoÀ sa première réunion au début d’avril, le C.A. de la SDC 3e Avenue s’est penché sur des dossiers litigieux qui alimentent les conversations par les temps qui courent…

Pour la collecte des ordures ou les parcomètres par exemple, nous formulons des recommandations à la Ville avec qui, insiste Nicolas Marcoux, nous avons une belle relation. Les autorités municipales ne sont peut-être pas toujours conscientes de tous les impacts de leurs décisions, mais la SDC est là pour les sensibiliser. Et plutôt que de brandir le poing en l’air, on cherche à établir un climat de confiance favorisant une saine coopération, non seulement avec la Ville, mais aussi avec nos autres partenaires dont les organisateurs d’événements… »

Sur une note plus stimulante étaient également à l’ordre du jour les quatre grandes orientations stratégiques pré-formulées, toujours avec l’appui des membres, pour l’année en cours :

La première concerne l’illumination permanente de la 3e Avenue afin d’accentuer, mais sobrement, son caractère distinctif. Deuxième élément : la signalisation directe, peut-être sous forme de panneaux, visant à court terme une identification et une localisation claires des commerces à l’entrée de l’artère. Le débit de la circulation automobile nous préoccupe aussi : on suggère entre autres l’ajout de dos d’âne pour réduire la vitesse… »

La dernière orientation, et non la moindre, a trait aux grands événements. Nicolas rappelle que le rôle de la SDC n’en est pas un d’organisation, mais bien de soutien aux événements incluant leur encadrement :

Nous voulons dorénavant les recentrer selon des critères avantageant nos membres. Les organisateurs répondront à un questionnaire pour réfléchir sur la réalité des commerçants quand il faut par exemple fermer un tronçon comme lors de Limoilou en musique [photo] ou Miracle sur la 3e Avenue. »

À propos enfin de la place publique temporaire qui verra le jour cet été au coin de la Canardière, la SDC a dès le début été impliquée dans ce projet, explique Nicolas : « Le dossier est entre les mains de la Ville, et si l’expérience s’avérait concluante, ce projet pourrait devenir prioritaire dans l’avenir pour la SDC… »

La « 3e » convoitée à juste titre

De l’avis de Nicolas Marcoux, la plus belle qualité de la principale artère commerciale de Limoilou, c’est sa diversité : fromagerie, épicerie fine, restaurants, quincaillerie et autres boutiques…

La 3e Avenue répond à la clientèle de proximité tout en devenant aussi une rue de destination. Elle prouve bien à quel point notre quartier est vivant ! »

Petit revers de la médaille : l’occupation commerciale est quasi au maximum sur la portion de la 3e Avenue couverte par la SDC alors que la demande s’accroit pour ceux et celles qui souhaitent y établir une place d’affaires et s’engager dans le regroupement. Une situation qui pourrait évoluer, suppose Nicolas, notamment si des propriétaires fonciers demandent un changement de zonage pour leurs étages résidentiels…

De plus, des commerçants du chemin de la Canardière souhaitent joindre la SDC, mais ce sera à eux de faire une demande à la Ville pour un agrandissement de la zone de la SDC, par exemple jusqu’à la 4e Avenue. Si c’est accepté, le C.A., par la voix de ses membres, devra décider de leur adhésion. En attendant, on gère une banque de gens à la recherche d’espaces, et la SDC 3e Avenue est là aussi pour les aiguiller au fur et à mesure que des locaux se libèrent !», conclut Nicolas Marcoux.

[ Article précédent ]