S’inspirer d’ailleurs : ralentir la circulation

stationnement1
Publicité

En France, des villes de banlieue ont développé des techniques innovantes pour ralentir la circulation automobile. Petit compte-rendu de ces mesures qui, objet de préoccupation constant pour les résidents, pourraient trouver écho dans des quartiers comme Limoilou.

La Ville de Québec a tendance à offrir toujours les mêmes arguments : de telles mesures compliqueront le déneigement ou le passage des véhicules d’urgence, la rue ne sera plus assez large, etc. Pourtant, avec un peu de bonne volonté, il y aurait moyen de faire beaucoup plus pour ralentir la circulation de transit qui déboule dans les quartiers de Limoilou en direction du centre-ville.En France, la ville de Bétheny, en périphérie de Reims, a utilisé des moyens simples et efficaces pour réduire la vitesse, même si la ville n’est pas si fréquentée par les automobilistes. La mairie voulait simplement offrir un meilleur cadre de vie à ses concitoyens. Et cet exemple n’en est qu’un parmi de nombreuses villes de France qui luttent concrètement pour ralentir les automobilistes et offrir des milieux de vie plus humains. On pourrait parler de Paris au premier chef, mais on se ferait sans doute accuser de comparaison boiteuse…pavesPrenons le cas de Bétheny, donc, petite bourgade de 6500 habitants. Dans cette ville, à de nombreux endroits, les classiques dos d’âne ont été transformés en passages surélevés constitués en pavés. Ce genre de passage ralentit à coup sûr les automobilistes (et les cyclistes) par le simple effet de rouler sur les pavés. Appliqué à l’échelle du Québec, ce type de mesures ne devrait pas poser problème pour le déneigement, car la pente est graduelle (contrairement aux dos d’âne).stationnement3Autre mesure très efficace : sur une rue d’environ 4-5 mètres de largeur, on alterne le côté où le stationnement est permis, obligeant les automobilistes à rouler en zigzag. Personne n’est heureux de prime abord de devoir zigzaguer, mais tout le monde convient aussi qu’on ne peut pas aller vite ainsi. L’objectif est atteint.stationnement4 Un autre exemple, moins applicable au Québec en raison de l’hiver, consiste à surélever les espaces de stationnement sur rue et à les séparer par des terre-pleins. Ainsi, la rue paraît moins large, tout en conservant un nombre élevé de places de stationnement.Les idées ne manquent pas en matière de mesures permettant de ralentir la circulation. Monlimoilou en avait d’ailleurs présenté d’autres ici, notamment la réduction de la largeur des rues. Pour la volonté politique par contre, en terre québécoise, ce n’est malheureusement pas toujours au rendez-vous…