Tour Limoilou épicurien : (re)découvrir un quartier à travers sa bouffe

Le Tour Limoilou Épicurien s'arrête même dans des commerces qui n'offrent habituellement pas de nourriture. Ici à Objet-mobilier Lambert Marcoux.
Le Tour Limoilou épicurien s’arrête même dans des commerces qui n’offrent habituellement pas de nourriture. Ici à Objet-mobilier Lambert Marcoux.

Lancés en 2014, les parcours épicuriens nous proposent de faire des dégustations privilégiées dans sept à neuf restaurants ou commerces d’un quartier pour mieux le connaître. La tournée piétonne de trois heures, imaginée par Éric Lavoie et Karine Gaudreault de CELEB Événements, arrive enfin à Limoilou.

Nouveau-né de ces parcours – il en existe déjà cinq dont deux à Saint-Roch -, Limoilou n’a pas manqué d’inspirer les concepteurs de ce tour inédit, concentré sur la 3e Avenue. Pourquoi se limiter à cette artère principale ?

L’idée, c’est de passer 25 minutes à savourer les dégustations, à discuter avec les commerçants et à visiter la boutique, s’il y en a une. C’est pour cette raison qu’on ne marche jamais plus de cinq minutes entre chaque commerce. La 3e Avenue le permet et il y a déjà de quoi faire ! » explique Éric Lavoie, qui compte d’ailleurs bien faire tourner le parcours à l’année, qu’il neige ou qu’il pleuve.

Ambiance conviviale dès le départ

tour-epicurien-limoilou-3e-avenue-groupeC’est donc chaque vendredi à 17 h 30 que 15 à 20 visiteurs ont rendez-vous au restaurant La Planque pour le départ du Tour Limoilou épicurien. Accueilli par le guide du parcours et le chef Olivier Godbout, on commence fort en dégustant une bouchée de saison – ce jour-là, un arrangement de palourdes assaisonnées et mariées de légumes avec croûton de pain aux noix – et un verre de vin. Les participants ont même eu la primeur de visiter le local du Cendrillon, restaurant voisin des mêmes propriétaires, qui ouvrira ses portes en décembre.Après avoir passé 25 minutes au premier arrêt, ni une ni deux, on marche cinq minutes à peine pour se retrouver au Miyagi Bistrot Thaï et Sushi où une table de 20 personnes nous est réservée. Finalement, tout le monde est resté debout pour déguster le tout… façon tapas ! Ouvert seulement depuis mai 2015, le spécialiste de nourriture asiatique nous offre sa miyagi pizza, son calmar frit et son sauté, accompagnés d’une bière japonaise.

Les boutiques spécialisées jouent le jeu

objet-mobilier-lambert-marcoux-aperitif-encanteurÀ 30 secondes de là, notre prochain arrêt : Objet-mobilier Lambert Marcoux. Oui, on fait bien escale dans un magasin de meubles et de décoration. C’est bien là tout l’objectif du parcours épicurien : sortir des sentiers battus en faisant aussi découvrir autre chose que des restaurants. La boutique doit tout de même jouer le jeu et servir de la nourriture pour l’occasion.Objet-mobilier présente alors « L’apéritif de l’encanteur ». Ce soir-là, on continue dans le thème asiatique, avec des rouleaux de printemps et des tomates sésame, concoctés par Mélanie Lambert, ainsi que du vin blanc.19 h : nous voilà dans la cuisine flambant neuve de La Folle fourchette que les associées Sophie Grenier-Héroux et Cyane Tremblay ont dévoilée deux jours auparavant. Les promeneurs ont alors le privilège de prendre l’un des premiers apéritifs dans ce nouveau local. Au menu : un verre de vin blanc pour accompagner des bouchées trois fromages, provenant de Yannick fromagerie, situé juste en face. Les entrepreneures en profitent pour présenter leurs prochains ateliers et démonstrations culinaires.la-reserve-parcours-epicurien-degustationEncore à 30 secondes de là, nous arrivons à La Réserve, qui ferme l’accès à sa boutique le temps de notre passage – nous sommes 20, rappelons-le ! Nous sommes accueillis par la propriétaire Claire Villemure, qui souligne la vocation européenne et particulièrement italienne de l’épicerie fine. Cette fois, nous goûtons au virgin cocktail non alcoolisé – il faut bien faire une pause -, vendu exclusivement à La Réserve, servi avec du confit de carottes et de la rillette de lapin.Quoiqu’il en soit, il nous reste toujours du temps pour jeter un coup d’œil sur l’offre du magasin et faire des emplettes.

La soirée devient festive

On repasse de l’autre côté de l’avenue pour fondre notre nez, cette fois, dans l’odeur de La Baconnerie. On remplit vite l’allée du commerce pour goûter trois différentes saveurs de bacon coupé en gros morceaux : bleuet, miel-vinaigre balsamique et l’épicé sriracha. Encore une bonne transition pour passer à la deuxième étape de la dégustation : le défi sauces piquantes.la-baconnerie-parcours-epicurien-degustationTout est dans le titre : se surpasser en goûtant six sauces plus épicées les unes que les autres. J’ai toujours été sceptique face aux saveurs de ce genre – quand ça pique trop, ça ne goûte plus rien, non ? – , mais je dois dire que j’ai fait d’agréables découvertes, car les quatre premières sauces sont très abordables au goût. À base de bleuets, de mangue ou de purée de carottes, il y en a pour toutes les papilles ! On finit (presque) en douceur à 20 h 30 au Bal du lézard avec des éclairs au chocolat et des choux à la crème de La Fournée bio. Le bar nous sert évidemment à boire : une bière noire et un shooter orange café pour laisser place à une soirée bien festive.Le Tour épicurien Limoilou vous donne rendez-vous tous les vendredis à 17 h 30 au restaurant La Planque (1039, 3e Avenue). 29 $ plus taxes.Inscriptions sur le site de CELEB Événements.