Trop de restaurants à Québec?

Source: Le Soleil, François Bourque (chronique), 6 janvier 2015 Possible qu’il y ait trop de restaurants à Québec, comme le suggèrent des propriétaires inquiets du recul de leur clientèle.Mais il n’appartient pas à la Ville ou au gouvernement de décider du nombre de restos qu’il convient d’avoir.Si des établissements doivent fermer, on aura un pincement au coeur, mais c’est le marché qui décidera. (…)Lorsque l’ancienne ville de Québec a fixé des quotas de restos et de débits d’alcool dans les quartiers centraux, elle ne visait pas à protéger des restos existants.Elle voulait s’assurer de la diversité commerciale des artères et de la quiétude des voisinages.Ces quotas sont d’ailleurs toujours en vigueur sur les rues Saint-Louis, Saint-Jean-de la Fabrique, Cartier, Petit-Champlain, Saint-Jean extramuros et la 3e Avenue. (…)Seule une minorité d’adresses passe à travers les âges. 70 % des nouveaux restos ferment avant 5 ans et seulement 15 % tiennent plus de 10 ans. (…)Le problème actuel n’est peut-être pas qu’il y a trop de restos, mais qu’il n’y a plus assez d’argent à dépenser pour le nombre de restos. (…)Québec compte un resto par 369 habitants. Le même nombre que Montréal (un pour 373 habitants) et nettement plus que Manhattan (un par 450) où passent 40 millions de touristes par année.Ce ratio ne veut «rien dire» en soi, prévient François Meunier, vice-président Affaires publiques de l’Association des restaurateurs du Québec (ARC). (…)[ Tout l’article ]