Un interstice nommé D’Estimauville

Édifice du fédéral, intersection de l'avenue D’Estimauville et du boulevard Sainte-Anne
Édifice de l'Agence du revenu du Canada, intersection de l'avenue D’Estimauville et du boulevard Sainte-Anne. 26 juin 2015.
Source : Le Devoir, Rémi Guertin (Géographe et auteur, entre autres, de Clin d’oeil sur cinq quartiers de Québec), 11 décembre 2015 

Le quartier D’Estimauville, à Québec, a été et est encore une sorte de faille à mi-chemin entre les pôles de Québec et de Beauport.

Étant une marge entre deux pôles, D’Estimauville semble toujours un peu en retrait par rapport aux grands mouvements d’urbanisation. Il connaît toujours une sorte de développement par défaut. Le retour en ville qui dynamise Québec depuis le début des années 1980 a eu tendance à l’éviter pour cibler préférablement l’axe monumental. Parallèlement, le quartier a été une sorte de déversoir pour une pauvreté refoulée hors de Saint-Roch. Quant à l’étalement urbain, il vise des positions de plus en plus éloignées. Les grandes vagues d’urbanisation ont donc tendance à éviter ou à enjamber cette limite que serait D’Estimauville. (...)Au total, le développement de la Canardière et de D’Estimauville ne serait pas tant le fait de conditions intrinsèques à cette position, mais plutôt de ce qui se passe dans les positions voisines. Ainsi, l’avenir de D’Estimauville serait donc toujours infléchi par sa position d’interstice entre deux pôles plus dynamiques, pour ne pas dire plus attractifs. (...)Tout l'article. À lire aussi : Écoquartier d’Estimauville : retour sur la présentation publique ]