Bilan 2016 du Marché public de Limoilou : l’affluence poursuit sa croissance

2016-07-31-marche-ml-51
Photo : archives

Le Marché public de Limoilou a connu une légère hausse de son achalandage, entre 2015 et 2016. En effet, 2850 personnes en moyenne ont fréquenté les étals à chacun des huit dimanches à l’horaire cette année, comparativement à 2750 en 2015.

En bonus : la clientèle du Marché a gagné en diversité – un pari que s’était lancé l’équipe du Collectif Rutabaga en amont de la saison 2016. Plus de visiteurs issus de l’immigration, et un plus grand nombre d’anglophones également, notamment grâce à un travail de diffusion auprès d’acteurs touristiques de la région, selon le président du conseil d’administration du Collectif, Claude Villeneuve :

Nos marchands nous ont confirmé qu’ils ont eu à répondre à beaucoup plus de questions en anglais… On dirait bien qu’on est devenu une destination ! »

De leur côté, les ventes sont demeurées stables – et cela, peu importe la météo :

On s’est aperçu que la température n’affecte pas les chiffres de vente de nos marchands. Quand il pleut, c’est les flâneurs qu’on perd, mais les habitués, eux, continuent de venir au marché beau temps, mauvais temps ! » poursuit-il.

Faire évoluer l’offre

3e AvenuePlusieurs des nouveautés 2016 seront assurément de retour pour la prochaine édition – tout particulièrement l’animation musicale développée conjointement avec Limoilou en vrac, qui s’est avérée particulièrement appréciée.

En fait, intégrer ou non ce type d’animation, ce n’est plus une question qu’on va se poser à l’avenir : c’est clairement un plus. Ça interpelle nos visiteurs, et tout particulièrement les enfants », estime M. Villeneuve.

D’autres portions de l’offre de service ayant connu moins d’engouement – par exemple, les formations offertes cette année – seront repensées.En fait, le succès remporté par cette troisième édition ne signifie pas pour autant le repos du guerrier pour l’organisation. Le travail se poursuit en vue de la prochaine saison, dont la durée fait partie des enjeux à l’étude. « On est en réflexion sur le nombre de semaines d’opération », confirme Claude Villeneuve. À ce stade-ci, donc, rien d’impossible.À lire aussi : Marché public de Limoilou : achalandage prometteur pour une troisième saison