Controverse sur le retrait de bancs publics : une action collective prévue ce dimanche

2016-09-07-banc-public-3e-avenue-mlEn réponse à la controverse entourant le retrait de bancs publics sur la 3e Avenue, un collectif de citoyens construira ce dimanche des bancs lors d’une action collective et les installera par la suite sur l’artère afin de réaffirmer le caractère inclusif du quartier.

L’action débutera le dimanche 11 septembre vers 10 h, aux ateliers de La Patente,  570 rue des Sables. Après avoir récupéré des palettes de transports – données par divers commerçants –, le groupe s’affairera à la construction des bancs publics. La journée prendra ainsi des allures de formation jusqu’à 16 h, moment où les structures seront installées sur la 3e Avenue.

On va en faire don à la Ville de Québec ! Une fois installés, l’administration pourra faire ce qu’elle souhaite avec ces structures », indique Jérémy Ratomposon, l’un des initiateurs de l’action citoyenne.

Les gens intéressés sont invités à se joindre à l’action, au fil de la journée, selon leurs disponibilités. « Ils peuvent venir le temps qu’ils veulent ! », lance le limoulois. Et tous sont invités, pour construire autant que pour échanger et discuter sur le quartier, son évolution, son aménagement...Seule condition? Être prêt à faire une contribution volontaire à La Patente, pour le temps d’atelier utilisé – un montant de 10$ est ainsi suggéré, question d’appuyer l’organisme qui rend ses espaces gracieusement disponibles pour l’occasion.

Vieux-Limoilou, quartier inclusif

3e-avenueL’action s’inscrit dans la toute récente controverse liée au retrait de mobilier public sur la 3e Avenue par la Ville de Québec. Rappelons que c’est à la suite de plaintes de commerçants que l’administration municipale avait ainsi retiré quatre bancs sur l’artère commerciale. Plus tôt cette semaine – en réponse à la grogne citoyenne exprimée, notamment, sur les médias sociaux – la conseillère municipale Suzanne Verreault avait obtenu que le mobilier retiré soit réinstallé.Bien que les bancs aient été réintégrés à l’espace urbain, il importe, pour M. Ratomposon, de réaffirmer le caractère inclusif du Vieux-Limoilou, entaché par la controverse :

Il faut montrer qu’ici, à Limoilou, on ne peut accepter ce genre de choses. Nous, on est fiers de l’héritage historique de Limoilou, et nous souhaitons lutter à notre manière contre la gentrification du quartier. Ces dernières semaines, la Ville a essayé de nous en passer une petite vite et c’est en réaction à ça qu’on souhaite affirmer notre attachement à un quartier inclusif et, surtout, le faire de manière concrète, directement dans l’espace public », explique le citoyen.

Publicité

Il est possible d’avoir plus d’information sur l’action collective via la page Facebook de l’activité.