Demain, le film – version Limoilou

(Photo courtoisie)
(Photo courtoisie)

Le buzz était très fort sur mon fil Facebook : « Faut ABSOLUMENT aller voir Demain, le film, c’est très inspirant. » Ayant déjà vu plusieurs films documentaires sur des thématiques environnementales, je doutais un peu de voir le genre se renouveler. On y est quand même allés, un mercredi soir assez chaud où le cinéma Le Clap était plutôt désert, question de voir si le buzz s’avérait fondé.

Le livreL’idée de ce texte m’est venue après la projection. Pas tant pour faire une critique du film – pas ma spécialité –,  mais bien plutôt pour faire le lien avec notre réalité, celle du quartier où je vis, le Vieux-Limoilou. Car Demain, le film a ceci d’original : il s’attarde, oui (brièvement), aux graves problèmes environnementaux de notre planète, mais cherche surtout à mettre en lumière plusieurs initiatives citoyennes intéressantes qui vont dans le bon sens et qui montrent que des pistes de solution existent. Répertoriés un peu partout à travers le monde, ces divers projets ont souvent des échos ou des similarités avec des initiatives menées dans les quartiers centraux de Québec. Alors à notre tour, faisons l’exercice de mettre en lumière certaines initiatives du quartier Limoilou, en suivant l’ordre du film.1) L’agricultureMarchéEn cette matière, le quartier est plutôt bien pourvu en initiatives de toutes sortes: en plus du Marché public de Limoilou (transparence totale, je suis un des administrateurs), il y a des jardins communautaires, un superbe projet de jardin collectif du Centre Jacques-Cartier, des paniers bios de producteurs de la région à plusieurs points de chute et une épicerie bio sur la 2e Avenue. Par ailleurs, le travail effectué par l’organisme Craque-Bitume est exemplaire : impliqué dans plusieurs projets de revitalisation urbaine, il contribue avec d’autres partenaires à mettre en place une aire de verdissement comestible à l’Espace parvis qui vient d’être inauguré. L’organisme offre aussi plusieurs ateliers et formations, notamment de jardinage urbain et de compostage. Un incontournable dans le quartier.2) L’énergieQuartier LimoilouVéloCentrix vise à soutenir la culture du cyclisme urbain et utilitaire et il vient d’ouvrir une borne de réparation en libre-service sur la rue des Sables. Dirigé par un Limoulois, l’organisme Accès Transports Viables est la référence en matière de mobilité durable et de déplacement actif et collectif. Et si vous voulez faire votre part, réclamez à vos élus plus de pistes cyclables et ouvertes plus longtemps, des mesures d’atténuation de la congestion routière et favorables aux déplacements des piétons, et surtout, plus de transport collectif.3) L’économie3e AvenueVous voulez acheter local et que votre argent soit réinvesti plus massivement dans notre économie ? Alors là, vous avez l’embarras du choix. Commencez par fréquenter vos commerces de quartier (boulangerie, restaurants, café, épicerie, boucherie, etc.) sur la 3e Avenue et ailleurs dans Limoilou au lieu de vous déplacer dans les centres commerciaux de banlieue et de tout acheter chez les grandes multinationales. Par ailleurs, dans le film, on parle longuement d’un système de monnaie locale implanté dans quelques villes d’Angleterre. Il n’y a pas d’équivalent semblable à Québec, mais le système mis en place par L’Accorderie (et qui a fait des émules ailleurs au Québec) s’y apparente : on y troque des heures, sur la base d’échange de services. L’organisation n’est pas basée comme telle dans Limoilou (plutôt dans Saint-Roch), mais elle couvre l’ensemble de la ville. Et ça marche.4) La démocratiePlace publique, centre Jean-Guy DroletÀ première vue, ça peut paraître plus compliqué de trouver des initiatives en ce sens. Pourtant, deux organisations m’apparaissent évidentes dont, d’abord, les conseils de quartier présents dans le Vieux-Limoilou, Lairet et Maizerets. Ces conseils représentent une instance où les citoyens peuvent s’impliquer et avoir leur mot à dire sur le futur du quartier (dans la mesure où la Ville est prête à les écouter…). Dans les dernières années, les conseils de quartier se sont beaucoup impliqués pour réclamer de meilleurs aménagements cyclables et ils ont aussi été à l’origine de plusieurs événements rassembleurs dans Limoilou (Bazar des ruelles, fête de quartier de Lairet, etc.). Autre initiative qui souhaite renouveler la démocratie : Votepour.ca, qui est un organisme de participation citoyenne et de consultation publique, de même qu’un incubateur de projets axé sur le développement local. Associé à Monlimoilou.com pour plusieurs initiatives (dont les affichettes ruelles), l’organisme a aussi mené diverses consultations publiques dans le quartier (notamment au sujet de la Plaza Limoilou).5) L’éducationCentre DurocherC’est très certainement le segment que j’ai trouvé un peu plus faible dans le film (ou qui a moins d’écho avec le Québec, notre système d’éducation étant passablement différent de celui de la France, point de repère des réalisateurs du film). Mais si vous cherchez des gens ou des projets inspirants dans les écoles publiques du quartier, vous en trouverez sans problème.En fait, la chose qui est la plus difficile du visionnement de Demain, le film, c’est de sortir ensuite de la salle et de voir certaines décisions prises dans les derniers mois :

  1. Élargir encore et toujours des autoroutes dans une ville déjà surdotée en voies autoroutières ;
  2. Arracher le coeur (Centre Durocher) d’un quartier central sans consulter la population ;
  3. Se passionner pour des histoires de congestion autour du Centre Vidéotron sans jamais envisager le transport collectif comme remède ;
  4. Laisser tomber un projet structurant comme le tramway pour un SRB moins ambitieux.

Il paraît que plusieurs citoyens souhaiteraient organiser une projection du film aux élus de Québec. Bonne idée ! On leur souhaite un bon visionnement et que ça les inspire !Un groupe Facebook pour le Québec s’est constitué ici.