Entrevue exclusive avec le père Noël

Père Noël et Lutin Étincelle. Ci-dessous, mon entrevue avec le père Noël immortalisée par Véronique Auger, des Galeries de la Canardière.
Père Noël et Lutin Étincelle. Ci-dessous, mon entrevue avec le père Noël immortalisée par Véronique Auger, des Galeries de la Canardière.

La dernière conversation que vous avez eue avec le père Noël, vous portiez sans doute des lulus ou planifiez creuser jusqu’en Chine ! Vous voilà avec un travail et des REER. Vous connaissez votre folklore, mais encore ?

Galeries Canardière, premier grand froid de l’hiver. Je sers la main à celui que j’appelle d’abord, spontanément, père Noël. Je me présente, puis demande son nom :

Mais père Noël ! »

Père NoëlJe souris, m’excusant presque de cet impair ! Dans son costume rouge flamboyant, l’homme que je rencontre préserve sa véritable identité, et c’est tant mieux ! La magie demeure intacte. Quand on y pense, la confiance que l’on porte au père Noël ne repose-t-elle pas aussi sur cette grosse barbe blanche, cette moustache bien fournie et ce bonnet qui ne laisse qu’entrevoir ces yeux rieurs ? L’anonymat du bienveillant personnage fait tomber bien des barrières.

Entre confidences et selfies

Grand-papa et pilote retraité, il répondit un jour à une annonce sur Emploi Québec. Depuis quatre ans, il console petits et grands. Car il n’y a pas que les enfants qui viennent voir le père Noël. Des ados s’assoient en gang sur ses genoux, enthousiastes, pour un selfie. Des adultes seuls, le plus souvent des femmes, viennent aussi à lui. Une confidence glisse alors, sur un deuil ou l’annonce d’une terrible et fulgurante maladie. Comparativement à d’autres centres commerciaux, ici, il y a beaucoup plus d’adultes qui viennent lui parler. Père Noël accueille de paroles réconfortantes cette marque de confiance, et parfois, son cœur se serre. Ces rencontres humaines, me dit-il, sont un formidable cadeau.

Une éthique pour les tout-petits

Mon père Noël a l’habitude d’arriver au centre commercial, incognito, une heure avant son quart de travail. Il s’assoit et observe, se met tranquillement dans son personnage. L’habit revêtu, il n’est pas rare qu’il récolte des listes de cadeaux soigneusement complétées par ses jeunes visiteurs. Alors que certains de ses collègues les jetteront une fois le quart de travail terminé, il se fait un devoir de répondre chez lui à chacun des enfants qui lui auront laissé une adresse. C’est un père Noël qui prend son temps. La file d’attente pour la traditionnelle photo dans les grands centres commerciaux ne le poussera jamais à précipiter les rencontres. Il s’assure toujours que, lorsqu’un petit garçon ou une petite fille saute en bas de ses genoux, le sourire est au rendez-vous.

En rafale

Ce que vous préférez dans votre travail ?

Lorsqu’un enfant hésitant, encouragé par la lutin Étincelle, brave sa timidité pour venir me voir. »

Le cadeau le plus demandé ?

Une tablette. »

Votre plus jeune visiteur ?

Un nouveau-né de 10 jours ! Il n’est pas rare que des parents me confient leur bébé le temps d’une photo ! »

Votre visiteur le plus âgé ?

Une dame de 91 ans. Elle était si heureuse ! Petite, elle était très gênée, elle n’avait jamais osé aller voir le père Noël. »

Le père Noël accueille petits et grands aux Galeries de la Canardière jusqu’au 23 décembre inclusivement.