Gros loup : un nouvel emblème pour le Vieux-Limoilou

Gros Loup

Plusieurs semaines après le démontage de la mythique horloge située au coin de la 3e Avenue et du chemin de la Canardière, la totalité de la structure sera bientôt remplacée par un nouvel arrivant dans le quartier : un chef de meute qui veillera désormais sur les Limoulois.

Simplement intitulée Gros loup, l’imposante sculpture faite d’acier et d’aluminium a été conçue par l’artiste visuel Guillaume Tardif. Pour le récipiendaire d’une bourse en arts publics de Première Ovation, il s’agit d’une première oeuvre d’une telle envergure. Le projet semble pourtant taillé sur mesure pour catapulter la carrière du sculpteur émergent, lui-même résident du quartier Limoilou depuis 2002.

Quand je suis arrivé, on était sur la fin des années un peu trash. Je l’ai vu changer, mon quartier. […] Dans Limoilou, il y a l’écho de quelque chose qui a déjà été très industriel et qui est devenu hyper urbain », affirme Guillaume Tardif, qui s’est d’ailleurs inspiré de l’histoire et de l’architecture de Limoilou pour l’élaboration de son loup.

Gros loupAu fil de longues marches à travers le quartier, les yeux au ciel, le sculpteur a su trouver son matériau de base à même les volutes des typiques balcons du Vieux-Limoilou. Des éléments intangibles, composant un vaste répertoire de formes pouvant façonner un totem déjà bien présent dans le quartier.

Je ne pouvais pas voler les balcons du monde (rire) ! Les éléments avec lesquels je travaille sont empruntés dans des formes existantes : les volutes, les spirales. Des choses qu’on peut facilement trouver dans le quartier en se promenant. […] C’est ce répertoire de motifs et de formes-là que j’ai accumulé pour travailler. J’ai aussi fait beaucoup de recherches dans l’histoire et le patrimoine du quartier, et l’image du loup revenait très souvent. »

Il aura ensuite suffit d’assembler les deux idées pour que naisse ce loup, éclatant au soleil grâce à son alliage en aluminium, parcouru de courbes familières et des fameuses retailles de patins. Bien appuyé sur un socle d’acier corten, dans lequel sera incrustée l’horloge, le loup s’élèvera sur une hauteur d’un peu plus de cinq mètres. Trônant au coin de la rue, le Gros loup aura une autorité naturelle, davantage protecteur bienfaisant que prédateur nocturne.

« Limoilou, les gros loups ! »

Outre le fameux canidé empaillé de la vitrine des Fourrures Roméo Falardeau, miraculeusement sauvé des flammes en 2014, la figure du loup semble centrale dans l’iconographie du quartier, toutes générations confondues. Le nom donné à l’oeuvre qui s’enracinera bientôt sur la 3e Avenue fait référence à une vieille expression utilisée par les cégepiens à la fin des années 1960.

On disait « Limoilou, les gros loups ». Beaucoup de baby boomers à qui j’ai parlé du projet m’ont spontanément sorti cette expression-là. Il y a aussi eu, dans les années 1980, un café, sur la Canardière, qui était le Café les Gros Loups, qui était une citation de cette expression-là. […] Ça fait longtemps qu’il y a une présence de loup dans l’imaginaire collectif du quartier. Il y avait un timing parfait pour lui donner un corps et une présence, pour transformer cette idée-là en quelque chose de plus matériel. »

MaquetteAprès plusieurs mois de travail (le projet s’est amorcé en décembre 2015) à faire valider les plans par un ingénieur, à préparer les commandes de matériel et à gérer la logistique de l’installation avec la Ville, l’équipe finalisait, en juillet dernier, la fabrication du tant attendu Gros loup dans les ateliers de L’Oeil de Poisson. Guillaume Tardif souligne d’ailleurs la contribution de Larochelle Équipement, une entreprise installée au cœur de Limoilou, dans le cadre de ces ultimes étapes d’assemblage de l’oeuvre d’art public. La date exacte de l’installation n’a pas encore été confirmée, mais le jeune sculpteur trépigne d’impatience, fier de l’apport qu’il fera à son quartier.

L’emplacement, c’est l’horloge traditionnelle du quartier, un point de rendez-vous pour tout le monde; ça me semble un alignement des astres pour transformer ce projet-là en loup qui va devenir presque la mascotte du quartier. Je veux que n’importe qui dans le quartier puisse se l’approprier, que ça devienne leur loup. »

Ainsi, le Gros loup de Limoilou, au carrefour des rencontres, sera une œuvre qui contribuera assurément à gonfler les voiles de la fierté des gens du quartier, s’inscrivant dans une mouvance qui semble, heureusement, toujours croissante.À lire aussi : Dévoilement du Grop loup qui veillera sur Limoilou