Place publique du Vieux-Limoilou : « plaza » ou « place » ?

Place Limoilou
Place Limoilou. Juillet 2016.

À partir du 10 octobre, la place Limoilou sera progressivement démantelée pour redonner l’espace à ce qui était là auparavant : une simple voie de passage pour les automobilistes. L’heure est au bilan, dans une perspective de réflexion pour une place publique permanente.

Plaza Limoilou. Juillet 2016.L’été 2016 aura vu plusieurs nouveautés et changements pour cette place publique éphémère située au coin de la Canardière, de la 3e Avenue et de la 6e Rue. Tout d’abord, un nouveau nom : place Limoilou au lieu de plaza Limoilou (ci-contre, l’an dernier). La surface a été restreinte (la section près du Maître Glacier a été complètement retirée et la section de rue fermée a été légèrement réduite aussi), les jerseys et le mini-putt ont été enlevés et un nouvel aménagement, tout aussi coloré, a remplacé celui imaginé par EXMURO en 2015. Mentionnons aussi la présence d’une plus grande végétation, symbolisée par ces gros pots de fleurs (remplis d’arbres et d’arbustes), qui délimitaient la place sur le chemin de la Canardière.

Je dois avouer que je n’étais pas très emballé lorsque la version 2.0 de la place publique a été dévoilée au printemps dernier. Mon impression générale était qu’on avait bien pris en compte les doléances de certains commerçants et citoyens de la 6e Rue – au sujet des espaces de stationnement notamment –, mais qu’on avait très peu tenu compte des commentaires appelant à une bonification de la Plaza. Je suis d’ailleurs retourné voir le bilan de la consultation, réalisée l’automne dernier par Votepour.ca, afin d’en avoir le cœur net.

Si le taux de satisfaction était très élevé (environ 88 % des répondants), plusieurs citoyens avaient néanmoins partagé des remarques constructives. Certaines ont été prises en compte (« verdir » le lieu, entre autres), mais la plupart n’ont pas été retenues, dont celles concernant un agrandissement de la place publique et des espaces de jeux, et une meilleure sécurisation de l’endroit. Quant à l’intégration des commerçants et l’ajout de kiosques de nourriture/boisson, un petit pas a été fait, mais j’en comprends que c’est quelque chose qui se fera sur le moyen-long terme.

Cela dit, à l’usage, la place Limoilou version 2016 s’est avérée, à nouveau, fort agréable. La végétation était appréciée et créait plus d’ombre, le tapis en gazon synthétique avait un effet ludique intéressant, le podium est devenu un incontournable pour les spectacles et a servi aussi d’espace de jeu pour les enfants. Par contre, certaines craintes se sont concrétisées. Du côté du chemin de la Canardière, l’absence de délimiteurs en pleine rue a eu pour effet de créer un certain danger pour les enfants qui jouaient autour des pots de fleurs et à la limite du podium. Les jerseys avaient peut-être beaucoup de défauts, mais leur présence dans la rue permettait de mieux « fermer » la place publique. Et le resserrement du chemin de la Canardière qui en découlait avait aussi un autre avantage non négligeable : la diminution de la vitesse et l’apaisement du trafic.

Une place Limoilou permanente et bonifiée

S’il faut applaudir les modifications ayant permis de simplifier la livraison pour les commerçants (une zone a été créée à cet effet sur la 3e Avenue), on doit néanmoins envisager d’autres modifications pour rendre l’expérience de la place publique du Vieux-Limoilou plus agréable. À cet effet, pour avoir utilisé, défendu et fréquenté les lieux à de nombreuses reprises, je me permets ces humbles suggestions :

  • Si la place revient en formule éphémère en 2017 – ce qui est incertain à ce jour –, il faudrait que l’aménagement soit prêt beaucoup plus tôt au printemps, par exemple au début mai. Dans l’absolu, une place permanente – et en fonction à l’année – demeure l’option à privilégier à court et moyen terme.
  • La place publique gagnerait vraiment à avoir une superficie plus grande. L’option la plus logique serait d’agrandir vers la 6e Rue. Pourquoi ne pas envisager de bloquer l’issue de la ruelle de la 6e Rue (côté sud) afin de prolonger la place de quelques mètres ? Cette ruelle demeurerait néanmoins accessible à trois endroits. Rappelons que plusieurs ruelles de Montréal bloquent des issues afin d’apaiser la circulation.
  • Avec le Gros loup désormais inauguré – qui fait déjà la joie des enfants –, il faudra réfléchir à un aménagement permanent cohérent entre les deux côtés de la place publique.
  • Dans l’optique, d’ailleurs, d’un aménagement permanent, il faudrait s’assurer de diminuer la largeur du chemin de la Canardière, à la hauteur de la place, afin de favoriser une circulation automobile plus apaisée.
  • L’animation de la place est intéressante et comporte certains points forts (les spectacles jazz et le cinéma notamment). La Ville ne peut sans doute pas tout faire seule et il serait intéressant que des commerçants (la Société de développement commercial [SDC] ?) et des organismes du quartier s’approprient et animent un peu plus la place publique.

De votre côté, préférez-vous la version 2015 ou 2016 de la place publique ? Quels seraient vos commentaires et suggestions en vue de la réalisation d’une place publique permanente ? La conseillère municipale voudra sans doute vous entendre à ce propos dans les prochaines semaines…

En savoir plus sur cette entreprise