Sécurité aux abords des écoles : quand les petits parlent aux grands

halloween-st-albert5

Les élèves et le personnel des écoles primaires Saint-Paul-Apôtre, Sainte-Odile et Saint-Albert-le-Grand ont participé lundi à une marche collective en faveur du transport actif. L’initiative marque pour Lairet le début d’une année d’activités de sensibilisation aux déplacements actifs et sécuritaires, qui devraient s’accompagner de mesures concrètes mises en oeuvre par la Ville de Québec.

En ce jour d’Halloween, ce sont quelques centaines d’enfants déguisés qui ont déambulé dans les rues de Lairet, en direction de l’école Saint-Albert où s’est tenu un grand rassemblement. Sur les pancartes brandies, la raison de la mobilisation : « Protéger les enfants sur les routes », « Ralentissez », « Conducteur, cycliste ou piéton : la sécurité concerne tout le monde ». Autant de messages qui rappelleront la difficile équation entre le désir de se rendre à l’école à pied — ou en vélo, ou en trottinette —, et le sentiment de le faire en toute sécurité.halloween-st-albert3« Trop de parents [craignent] pour la sécurité de leurs enfants. C’est pour cette raison qu’ils [favorisent], dans une proportion importante, de reconduire leurs enfants en véhicule à l’école », a reconnu Lyne L’Africain lors du rassemblement. L’administratrice au conseil de quartier (CDQ) de Lairet et présidente du conseil d’établissement de l’école Saint-Albert tirait ces conclusions d’un sondage réalisé en 2014 par le Comité des déplacements actifs et sécuritaires de Lairet (CDAS). Formé à l’initiative du CDQ de Lairet, en concertation avec différents acteurs du milieu, ce comité réfléchit et agit depuis en fonction des moyens à mettre en oeuvre afin d’augmenter et de sécuriser les déplacements actifs des enfants vers l’école.

Une année sous le signe du transport actif

De cet effort sera d’ailleurs née la Charte en faveur du transport actif, conçue par la Commission scolaire de la Capitale. « Nous sommes la toute première commission scolaire de la région à adopter cette charte », s’est réjouie sa présidente, Manon Robitaille, à l’occasion de la marche collective qui en marquait le lancement officiel.D’autres actions, portées par d’autres partenaires du CDAS comme Accès transports viables et Limoilou en forme, permettront d’inscrire la présente année scolaire sous le signe du transport actif.

La sensibilisation, c’est bien, mais l’action, c’est mieux

Sensible aux enjeux de sécurité, la Ville de Québec s’engage pour sa part à travailler à en améliorer les mesures sur le terrain, que ce soit par des travaux de réaménagement ou une signalisation accrue. À titre d’exemple, la présidente de l’arrondissement La Cité-Limoilou a évoqué le cas du carrefour au coin de Duval et des Chênes, près de l’école Sainte-Odile. « C’est déjà dans les cartons de la Ville de refaire cette intersection-là, qui est très large et qui est « accidentogène » », a confirmé Suzanne Verreault.Autre intersection dangereuse, celle de la 8e Avenue et de la 18e Rue, son cas fait présentement l’objet de deux scénarios pour éviter d’autres accidents comme celui de septembre dernier, impliquant une fillette de 3 ans.  « Deux options sont analysées. Ce sera de voir laquelle est la plus valable, la plus sécuritaire », a répondu Geneviève Hamelin, conseillère de Maizerets-Lairet, en fixant l’échéancier d’exécution au printemps prochain.À lire aussi : Intersections dangereuses et Pour des rues plus sécuritaires à Limoilou