Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les plantes médicinales

Capucine Chartrand, herboriste

Collaboration spéciale : Léa Fischer Albert (Monsaintsauveur.com)

Capucine Chartrand est herboriste. En fait, elle est la seule herboriste-thérapeute accréditée dans la région de Québec, et elle tient sa pratique à la Clinik Zhen Limoilou.

L’herboristerie consiste en la préparation de plantes médicinales. L’herboriste est donc un spécialiste des plantes qui voue sa pratique à l’étude, la culture, la cueillette et la préparation de plantes médicinales, cosmétiques et culinaires. Un genre de sorcellerie, donc ? Pas du tout, répond Capucine Chartrand. L’herboristerie est une médecine naturelle, complémentaire de la médecine conventionnelle pratiquée au Québec. Elle rappelle du même coup qu’à l’origine, tous les médicaments étaient faits à base de plantes.Afin de mieux comprendre ce métier rare et ancestral, j’ai suivi Capucine dans plusieurs de ses activités d’herboriste, dont l’enseignement, en mode atelier et formation, et la consultation.

Enseigner l’herboristerie

Capucine Chartrand, herboristePremier arrêt : un atelier de confection de crème à main pour la fête des Mères, donné dans une classe de troisième année de l’école Saint-Fidèle. Pendant une heure, Capucine a montré aux enfants comment fabriquer une crème à base d’ingrédients naturels. Un moment instructif et passionnant, qui m’a donné envie de fabriquer moi-même certains cosmétiques. C’est d’ailleurs possible, grâce aux visites personnalisées que propose Capucine.Capucine Chartrand, herboristeDeuxième arrêt : le premier cours de la formation d’herboristerie urbaine, offerte en collaboration avec Craque-Bitume. Une formation de vingt heures afin d’en arriver à identifier les plantes médicinales dans l’environnement urbain et à les transformer pour son bien-être. Le cours s’offrira de nouveau à l’automne mais, d’ici là, d’autres activités d’enseignement sont prévues cet été.

Consulter une herboriste, ou comment raconter sa vie en une heure

La consultation privée en herboristerie demeure l’activité principale de Capucine dans sa pratique. Elle reçoit ses clients à la Clinik Zhen Limoilou.

Publicité

Une des raisons pour lesquelles je fais ça, c’est parce que ça vient combler un besoin que j’ai de contribuer à la santé et à la vie des gens. Quatre-vingt-quinze pour cent (95 %) de mes clients ont fondamentalement besoin d’être écoutés, et pour plusieurs raisons, n’obtiennent pas toujours cette écoute dans le système de santé actuel », souligne Capucine.

La majorité des gens se tournent vers l’herboristerie pour trouver une solution à des conditions chroniques pour lesquelles la médecine se révèle pour l’heure impuissante. Capucine Chartrand travaille souvent en collaboration avec les médecins de ses clients, avec des pharmaciens, des acupuncteurs, des ostéopathes et d’autres praticiens afin de trouver le meilleur remède possible. Elle ne pose jamais de diagnostic ni ne dit à ses clients d’arrêter leur médication ; elle trouve plutôt des plantes médicinales complémentaires qui peuvent aider à leur condition.Je me retrouve donc dans son local de consultation, ne sachant pas trop à quoi m’attendre. N’ayant pas de problème de santé précis sinon quelques migraines, je me demande bien ce qu’elle va pouvoir faire pour moi. Capucine commence la séance d’une heure en me posant beaucoup de questions. Sans m’en rendre compte, en une heure minutes, j’ai pas mal raconté ma vie à l’herboriste assise devant moi !Je sors de ce rendez-vous avec le cœur léger, et une recommandation de plusieurs remèdes qui aideront mes migraines. Capucine m’informe également qu’il existe des remèdes pour mon problème de transpiration excessive des mains, qui me suit depuis ma naissance. En entrant dans la clinique, je ne pensais jamais que l’on trouverait une solution potentielle à cela !

Comment j’ai soigné mes migraines avec de la grande camomille

Depuis ma consultation qui remonte à quelques semaines, j’ai appliqué à la lettre ses recommandations, tous des traitements à base de grande camomille. Comme le dit Capucine,

c’est dans la constance et la régularité que l’on trouve les meilleurs résultats. Il y a beaucoup d’automédication avec les produits naturels, et donc beaucoup de déceptions, parce que les gens ne maintiennent pas leur traitement», qu’il s’agisse d’apporter des changements à leur alimentation, sommeil, activité physique, loisirs…

Personnellement, je n’ai pas dû changer drastiquement mes habitudes de vie, et je suis très heureuse de dire que je n’ai pas fait de migraine depuis un mois, alors que depuis six mois, j’en faisais une fois toutes les deux semaines. J’ai eu quelques débuts de mal de tête, mais ils se sont tous réglés au bout de quelques minutes, et je n’ai pas pris d’Advil ou de Tylenol. C’est vrai que la constance est la solution.Capucine Chartrand, herboristeEn suivant Capucine dans les différentes sphères de son art, j’ai appris à connaître une pratique naturelle fort intéressante, très loin de la sorcellerie ! L’herboristerie s’inscrit plutôt dans l’ère du Do it yourself, permettant à la population d’avoir le plus d’options possible pour devenir maître de son bien-être et de sa santé, en complémentarité avec le système de santé traditionnel.Pour plus d’info, consulter son site Internet ou sa page Facebook.

Capucine Chartrand, chez Clinik Zhen Limoilou1680, 1re Avenue418 271-4004