Une clinique d’orthophonie sociale ouvrira ses portes à Limoilou le 22 février !

Clinique Orthophonie sociale
Sarah Bérubé-Lalancette, cofondatrice de la clinique et orthophoniste, en thérapie à domicile. Photo courtoisie

Dès le lundi 22 février, la Clinique d’orthophonie sociale de Limoilou ouvrira ses portes. Son équipe de huit orthophonistes sera en mesure d’offrir des services au quotidien, de jour et de soir, à l’attention de clientèles variées – jeunes et moins jeunes.

À l’origine de l’initiative se trouvent deux constats : absence de services d’orthophonie au centre-ville de Québec – les cliniques privées les plus proches étant situées à Charlesbourg ou dans Saint-Sacrement – ; et présence d’un « trou de service » dans la région de la Capitale-Nationale quant aux suivis pour la clientèle âgée et leurs proches-aidants – difficultés de communications liées à des maladies neurodégénératives telles que l’Alzheimer, les suites d’un ACV ou de l’aphasie, par exemple.

Dans bien des cas, quand on parle d’orthophonie, on pense surtout aux services aux enfants – troubles ou retards de langage, par exemple… L’offre de service aux adultes est encore à développer et promouvoir dans la région », explique le directeur général de la clinique, Élie Belley-Pelletier.

Un départ accéléré

clinique orthophonieD’ailleurs, ce « trou de service » aura permis d’accélérer le rythme de l’aventure : en effet, les travaux amorcés à l’été 2015 passent en vitesse supérieure alors que l’équipe de la clinique obtient la gestion d’un programme gouvernemental (l’APPUI pour les proches aidants d’aînés de la Capitale-Nationale) destiné à ces clientèles, une offre qui servira de fondation autour de laquelle les autres services de la clinique viendront se greffer, en route vers l’ouverture officielle.

En fait, on ouvre officiellement le 22 février, mais les visites à domicile et les suivis, en lien avec ce programme, sont commencés depuis quelques mois déjà », lance la directrice clinique et orthophoniste Sarah Bérubé-Lalancette.

Le travail, dans ce cadre, s’effectue autant auprès des patients que de leurs proches. Dans bien des cas, il s’agit d’aller au-delà de la réadaptation, de développer de nouveaux outils de communication. « La communication, ce n’est pas juste lié à la parole », ajoute l’orthophoniste. Gestes ou images se joindront ainsi aux mots pour imaginer une stratégie de communication sur mesure, pour chaque situation, chaque individu.Et le diagnostic n’est pas simple à poser…

Il s’agit de déterminer s’il s’agit de problèmes d’expression ou de problèmes de compréhension, par exemple. Bien saisir la situation, pour mettre en place la bonne stratégie », note Élie Belley-Pelletier.

Ce sont 80 familles qui seront ainsi suivies, de Portneuf à La Malbaie, sur le territoire de la Capitale-Nationale, à raison de six rencontres à domicile.

Choisir Limoilou

equipe clinique orthophonieDans la mise en place de la clinique, le secteur Limoilou s’est rapidement imposé.

Publicité

Il s’agissait pour nous d’amener une offre de services médicaux au centre-ville, à un moment où plusieurs services, au contraire, se déplacent vers la première couronne, voire au-delà, indique Andrée-Anne Lizotte, présidente du conseil d’administration de la Clinique d’orthophonie sociale. Et il faut dire également que nous sommes résidents de Limoilou, nous nous lancions avec déjà une bonne idée des besoins et des réalités du secteur, puisque nous les vivons au quotidien ! »

Leurs locaux du Centre Horizon leur permettront également de conserver un contact étroit avec d’autres institutions de santé du centre-ville – hôpitaux, certes, mais aussi l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec, situé non loin, sur Soumande.

Rester accessible

L’équipe – actuellement formée de huit orthophonistes aux spécialités à la fois diverses et complémentaires, liées aux clientèles visées – a également été facile à mettre sur pied.

On a des gens qui croient en notre projet, qui croient en notre mission : ils veulent être là ! » indique M. Belley-Pelletier.

Ceux-ci ont accepté de se rendre disponibles suffisamment pour permettre à la jeune clinique d’offrir ses services jour et soir, au fil des sept jours de la semaine.logo clinique orthophonieOrganisme à but non lucratif, la clinique sera également en mesure d’offrir ses services à coût réduit – 25 % moins cher qu’au privé : interventions individuelles, intervention jumelant deux patients ayant des troubles similaires, interventions de groupe.« Les gens peuvent d’ailleurs déjà prendre rendez-vous à partir de notre site Web : des plages horaires sont disponibles ! » lance d’ailleurs le directeur général.Ils se lancent avec déjà la tête pleine de projets – au-delà des divers services annoncés auprès des clientèles d’enfants, adolescents, adultes et aînés attendues : formations pour outiller les parents, collaboration avec des organismes du secteur aux missions complémentaires… Et plus.

On veut collaborer dans la communauté, aller dans les milieux, rendre disponible notre expertise. En fait, on ne veut pas rester seulement dans notre clinique, mais aussi s’ouvrir sur l’extérieur ! » poursuit Andrée-Anne Lizotte.Et, évidemment, dès le 22 février, nos portes seront ouvertes ! On invite les gens à venir nous voir, et venir nous poser leurs questions ! » ajoute Élie Belley-Pelletier.

Clinique d’orthophonie sociale de Limoilou801, 4e Rue, bureau 205418 647-3751

Pour en savoir plus ...

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir