Webster fait rapper les familles dans Maizerets

webster-piano-vert-maizerets
Webster a donné un spectacle gratuit en 6 à 7 ce vendredi 9 septembre au piano public de Maizerets.

Malgré deux reports de l’événement pour cause de mauvais temps, la prestation de Webster au piano public de Maizerets a su réunir un public multigénérationnel à la (re)découverte du rap ce vendredi.

C’était une première fois en carrière que le rappeur Webster jouait en formule trio, accompagné par Philippe Bourque au piano et Louis-Solem Pérot au violoncelle. On était donc très loin des trames sonores sur lesquelles on a l’habitude d’entendre Webster en spectacle ou sur l’un de ses trois albums solos.Le décor, installé devant le Shady café resto libanais pour l’occasion, était intime et chaleureux, donnant l’impression que l’artiste nous avait directement invité dans son salon.Webster, enfant de Limoilou, a ouvert la soirée avec « Ateliers » et « On fait le son », extraits de son dernier album À l’ombre des feuilles (2013). Très vite, les plus jeunes enfants se sont invités sur la scène où performait le rappeur pour tourbillonner autour de lui. L’artiste a su profiter de cette ambiance pour être en interaction avec le jeune public du début à la fin du spectacle, reflétant ainsi l’atmosphère familiale du quartier.webster-piano-vert-maizerets-l-de-limoilouPas de doute que Webster a passé un message d’engagement citoyen à la génération de demain avec les chansons « Combattants » et « Rap Québ ».Le public, réunissant facilement quatre générations, a aussi pu apprécier quelques intermèdes historiques dont se délecte toujours l’artiste, notamment pour présenter la chanson « Quebec History X » sur l’histoire des esclaves noirs dans la province. Le rappeur n’a pas non plus manqué de s’asseoir sur le divan à différents moments pour laisser s’exprimer le pianiste et le violoncelliste en totale harmonie. Les spectateurs, toutes générations confondues, ont ensuite fait le L de Limoilou dans les airs pour suivre le rappeur sur « Everyday », qui a conclu la soirée.

Un spectacle symbolique

Une fois la prestation terminée, Webster a autant été salué par des aînés, dont l’un d’eux lui a lancé « J’ai l’impression que vous me faîtes aimer encore plus Limoilou », que par un enfant fier d’aller dans la même école qu’a fréquenté l’artiste : l’école primaire Saint-Fidèle.Pour le rappeur, pouvoir réunir un public aussi diversifié « c’était le moment idéal pour se familiariser avec le hip-hop, comprendre que c’est du texte aussi et pas juste crier ».webster-piano-vert-maizerets-musiciensJouer accompagné d’un piano et d’un violoncelle était également une première pour l’artiste, mais l’expérience tombait à pic : Webster travaille présentement sur son prochain album avec des musiciens. Aucune date annoncée pour la sortie de ce nouvel album, l’artiste veut prendre son temps à travers ses différents projets.

Jouer avec des musiciens sur scène, ça me donne beaucoup plus de liberté qu’avec une trame sonore. Ils s’adaptent à ce que je fais et vice-versa, ce qui laisse beaucoup plus de place à l’improvisation », confie-t-il.

À noter que le secteur Maizerets où s’est tenu le spectacle est symbolique pour Webster : « Ma maison était dans le Vieux-Limoilou, mais on était tout le temps rendus dans le parc Bardy pour jouer au basket avec mes amis », se souvient-il.

Les belles heures du piano vert de Maizerets

Après la prestation de Webster, trois jeunes employées du Shady café resto libanais ont pris le micro pour chanter en chœur, comme le veut le concept du piano public. Installé à la fin juin au 1680 avenue Maufils, le piano vert de Maizerets a animé le secteur tout l’été.

webster-piano-vert-maizerets-triplettes-shady-cafeÇa nous a permis de découvrir des talents épouvantables ! Sérieusement, j’étais assis en haut chez moi et plusieurs fois j’entendais des pièces incroyables au piano. Parfois, c’était des asiatiques hauts comme trois pouces, clients à l’Auberge Amérik juste à côté, d’autres c’était des passants ou des clients du café. On n’aurait jamais découvert ces talents si le piano n’était pas là », affirme Patrick Pépin, propriétaire du Shady.

Ce dernier veut absolument réitérer l’expérience l’année prochaine, mais en léguant le piano à quelqu’un d’autre. « Je ne veux pas prendre tout le monopole non plus, le but c’est de passer au suivant », ajoute celui qui avait peint l’instrument pour l’occasion.D’ici là, vous pouvez toujours profiter du piano vert de Maizerets du lundi au dimanche de 11 h à 21 h jusqu’au 30 septembre.Lire aussi « Un deuxième piano public dans Limoilou »