Chaque lundi de l’été, tout Limoilou est invité à venir pique-niquer | 5 juillet 2017 | Article par Raymond Poirier

Quelques-unes des familles présentes lors du premier pique-nique de l’été, le 26 juin dernier. (Photo courtoisie : Solène Tanguay)

Chaque lundi de l’été, tout Limoilou est invité à venir pique-niquer

Chaque lundi, dès 17 h, Limoulois et Limouloises sont invités à venir pique-niquer au parc de l’Anse-à-Cartier. Une initiative originale lancée par une résidente du quartier, question de se donner une occasion d’échanger et de se rencontrer, en toute simplicité, au fil de l’été.

L’idée est venue à la suite d’une initiative de l’école primaire de la Grande-Hermine. Pour la fin d’année 2016-2017, tous – élèves et parents – avaient été invités à venir faire un pique-nique dans la cour de l’école. Une occasion pour les parents de se croiser plus longuement qu’à l’habitude ; pour les enfants, de prolonger le jeu, avant la pause estivale.

En revenant de là, je me demandais pourquoi on n’en faisait pas plus souvent, des pique-niques », se souvient Solène Tanguay, la citoyenne derrière l’initiative.

Résultat ? Elle lance une invitation par le biais d’un groupe Facebook regroupant des parents d’élèves de l’école. Ils sont quelques familles à s’y donner ainsi rendez-vous…

Le temps de réaliser qu’avec l’arrivée de l’été, l’invitation pourrait être élargie : pourquoi se limiter à l’école ? Pourquoi ne pas lancer l’invitation au quartier ?

La citoyenne crée alors un groupe Facebook, et lance une première série de rendez-vous : tous les lundis, dès 17 h, au parc de l’Anse-à-Cartier, remis au mardi en cas de pluie – « je voulais rapidement un moment », précise Solène Tanguay. Elle partage l’invitation à ses contacts limoulois qui, eux aussi, font de même.

En moins de 48 heures, ils étaient déjà plus de 200 à être présents sur le groupe.

Puis, au premier rendez-vous, le 26 juin dernier, ils étaient une douzaine de familles à s’être déplacées ; certains se connaissant déjà, d’autres se découvrant.

C’est clair qu’à Limoilou, il y a un intérêt pour ce type d’initiative. Trouvez-en un, un quartier, où les résidentes et résidents ont pris spontanément l’habitude de se rassembler entre voisins, dans un espace public, pour se souhaiter la bonne année ! » lance la résidente du Vieux-Limoilou.

Le plaisir du voisinage

L’idée est donc, par le biais de son invitation, de lancer ce qui pourrait – peut-être – faire boule de neige et devenir, ainsi, une nouvelle tradition. À l’image du Nouvel An. Ou du Grand bazar des ruelles.

Un moment de voisinage, de partage, d’échange, de proximité. Pensé d’abord pour être accessible à tous et toutes :

Un pique-nique, c’est accessible à tout le monde ! Les gens qui viennent peuvent faire le type de pique-nique qu’ils veulent, modeste ou non. Et personne ne juge ce que tu mets sur ta couverte ! » fait valoir Mme Tanguay.

En fait, l’essentiel de l’activité, c’est d’abord d’être ouvert, d’être intéressé par la rencontre, par l’échange, implicite au rendez-vous, bref, vouloir « sortir de sa bulle ».

On se donne rendez-vous avec l’idée qu’on s’y rejoint en groupe, en communauté. On y va pour échanger avec les gens qui seront là, eux aussi. Et on y vient sans gêne. On ne se dit pas qu’on va simplement venir faire un pique-nique et être à côté de quelqu’un d’autre, non : on a un contexte, une validation, pour parler à notre voisin ! Tout ça sans obligation, il faut le dire aussi », précise l’initiatrice.

L’invitation des lundis en fin de journée se renouvellera tout l’été – pour tous et toutes, en famille, seul ou en couple, jeunes ou moins jeunes. « Ce n’est pas un événement de famille, c’est un événement de quartier ! » ajoute Solène Tanguay.

Et d’ici au prochain rendez-vous, les gens sont conviés à joindre le groupe Facebook de l’initiative.