Marché public de Limoilou : un plateau atteint au fil de l’été 2017 | 25 septembre 2017 | Article par Raymond Poirier

Le Marché public de Limoilou (photos gracieuseté). Ci-haut, l’édition du 17 septembre qui, conjointement avec l’événement Limoilou en famille organisé par le conseil de quartier du Vieux-Limoilou, avait attiré près de 10 000 personnes sur la 3e Avenue.

Marché public de Limoilou : un plateau atteint au fil de l’été 2017

Dix marchés pendant l’été 2017, avec une moyenne de 2800 personnes par semaine pour les neuf premiers, et près de 10 000 pour l’ultime édition de l’année. Un peu plus de quarante producteurs au fil de la saison. Le tout piloté par une trentaine de bénévoles motivés. Bilan du quatrième été du Marché public de Limoilou.

Comparativement à l’année dernière, si l’on exclut le dernier dimanche de la saison, on peut dire que notre achalandage s’est maintenu, qu’un certain plateau a été atteint », indique d’emblée Olivier Tremblay, le président du conseil d’administration du Collectif Rutabaga, organisme derrière le Marché public de Limoilou.

Ainsi, à la petite semaine, c’est une moyenne de 2800 personnes qui se sont présentées chaque dimanche sur la 3e Avenue, entre la 8e et la 9e Rue. Un peu moins pendant la période des vacances. Un peu plus au fur et à mesure que l’été tirait à sa fin. « Il faut dire que, côté température, on a été chanceux : en dehors de deux dimanches plus gris, c’était toujours très beau », continue-t-il.

Ça, c’est pour les neuf premiers dimanches de la saison. Car, pour celui du 17 septembre, où le Marché public était présenté conjointement avec la première édition de Limoilou en famille, les compteurs ont, pour l’essentiel, explosé : 10 000 personnes se sont déplacées, à un moment ou un autre, sur l’artère.

Tous les producteurs nous ont dit que c’était un dimanche fou! À la fin de la journée, plusieurs d’entre eux étaient même en rupture de stock », se souvient Olivier Tremblay.

Cela dit, avec l’offre événementielle toujours plus vaste en saison estivale, le Marché public de Limoilou devra mettre les bouchées doubles pour continuer à se démarquer et, peut-être, dépasser le plateau atteint pendant l’été 2017.

Il faudra penser à d’autres activités ou événements spéciaux qui pourraient être offerts pendant la prochaine saison, peut-être des événements à saveur culinaire, en collaboration avec des chefs du quartier », avance Olivier Tremblay.

Des défis à courte échéance, auxquels se grefferont d’autres enjeux, à moyen ou long termes. « En fait, notre gros défi à l’horizon, ce sera l’arrivée du Grand Marché, c’est clair que ce sera le défi à moyen terme du Marché public de Limoilou. »

Visites estivales

L’été 2017 était plus long : dix dimanches, comparativement à huit en 2016. Une décision qui a posé un bon défi à l’équipe d’organisation, tous – à une exception près – des bénévoles. Ils étaient un peu plus d’une trentaine à se partager la tâche, une douzaine sur le terrain, pour chaque marché.

Avec l’augmentation de la charge, on a senti la fatigue. Il faudra travailler pour garder une bonne mobilisation l’été prochain : pour une organisation bénévole comme la nôtre, c’est primordial », indique le président du Collectif Rutabaga.

Une charge prolongée, à laquelle s’étaient greffés un volet d’animation musicale élargi, chapeauté par Limoilou en vrac, ainsi que la visite, chaque dimanche, d’un organisme du quartier. Le Patro Roc-Amadour, Entraide Jeunesse Québec, le Centre de valorisation du patrimoine vivant, Espace-Parvis, l’organisation de MondoKarnaval ou encore la Mosquée de Québec ont été conviés à y présenter leurs services ou à venir à la rencontre de la clientèle.

Nous avons reçu les gens de la Mosquée de Québec à la mi-août. Leur passage tombait la même fin de semaine lors de laquelle La Meute comptait faire sa marche, en Haute-Ville. Ce faisant, une visite qui était planifiée depuis déjà plusieurs semaines était devenue, pour nous, source de stress, par crainte de dérapage… Heureusement, le dimanche venu, nos craintes ont vite été apaisées! Tout s’est bien passé, les gens étaient ouverts à échanger avec les représentants de la mosquée, tout s’est passé dans le plaisir et le respect, comme c’est généralement le cas à Limoilou », raconte M. Tremblay.

Ces visites étaient jugées essentielles par l’équipe, qui souhaitait montrer son ouverture sur le quartier et accentuer le côté « perron d’église », lieu de rencontre, de voisinage, de dialogue qu’elle cherche, depuis ses débuts, à offrir à travers le marché.

Un marché en décembre

À courte échéance, l’équipe du Marché public de Limoilou, en collaboration avec d’autres partenaires tel Limoilou en vrac, prépare la deuxième édition du Marché de Noël de Limoilou.

Après une première édition offerte, en décembre dernier, à la Place Limoilou, qui a attiré une belle foule, le Marché de Noël reviendra pour une deuxième année, le 2 décembre prochain, et cela, dans un tout nouveau lieu », signale Olivier Tremblay.

Cela, en attendant l’été 2018 où, assure-t-on le Marché public de Limoilou sera de retour pour une nouvelle série de dix dimanches, à l’occasion d’une cinquième saison.