Mise au point sur le stationnement pour piétons

2016-07-29-piano-3e-avenue-ml-04

En réponse à l’éditorial publié lundi sur Monlimoilou, le président de la Société de développement commercial (SDC) de la 3e Avenue, Nicolas Marcoux, nous a fait parvenir une lettre de mise au point sur le dossier.

Par la présente, la SDC 3e Avenue désire faire une mise au point importante en lien avec l’éditorial paru sur le site Monlimoilou.com.Dans un premier temps, la SDC a toujours soutenu cette initiative qui a permis de faire rayonner Limoilou partout au Québec.Le stationnement pour piétons ne nous a jamais été cédé. Dans les faits, il a toujours appartenu à la SDC. Dû au financement public de la Ville de Québec dans ce dossier, des règles strictes s’appliquent. Aucune entreprise privée ne peut recevoir de financement. Seul un OBNL soit en l’occurrence la SDC peut recevoir des sommes pour un projet pour en devenir propriétaire.La propriété intellectuelle des concepteurs se résume au fait que nous ne pouvons pas modifier la structure ou en reproduire le concept sans leur autorisation.La SDC a effectué un plan de sauvetage avec l’aide de la Ville de Québec l’hiver dernier, suite au retrait de 75 % de l’apport financier de Monlimoilou.com pour l’édition 2016.Une journée avant l’installation, la Division des transports de la Ville de Québec a avisé la SDC que, suite à l’implantation de la piste cyclable, le stationnement n’était plus conforme aux normes de sécurité. Nous étions donc dans l’obligation de retrancher 16 pouces à la structure. Suite à une vive discussion, la SDC a réussi à avoir une dérogation totale uniquement pour l’été 2016.Chiffres à l’appui, nous évaluons à près de 8000 $ le coût annuel d’opération de l’aménagement. C’est un montant que la SDC n’a pas les moyens d’assumer seule.Dès l’été 2016, les partenaires majeurs : Monlimoilou, la Caisse de Limoilou, Rénovation Sequoia et Groupe A, le concepteur des plans et devis, ont été avisés de la situation et de la complexité de remettre la structure sur l’artère à l’été 2017. Dès le début de l’hiver, ces mêmes partenaires ont été avisés de la possibilité de vendre la structure en ayant comme raisons entre autres de ne pas en dénaturer le concept, en plus d’occasionner des coûts de mise à niveau de plusieurs milliers de dollars. La SDC a offert à Monlimoilou.com le stationnement pour piétons pour la somme symbolique de 1 $. L’offre a été déclinée. La structure fut offerte à d’autres SDC de la ville de Québec, mais sans succès. La SDC 3e Avenue s’est donc retournée vers les SDC de Montréal pour trouver preneur. Pour que d’autres citoyens puissent bénéficier de cet aménagement.Avant la conclusion de la vente, tous les partenaires majeurs ont été avisés.Le bilan financier des 3 éditions nous démontre un apport financier total de Monlimoilou.com de l’ordre de 13 %, ainsi qu’une commandite en service de Groupe A de l’ordre de 2500 $, qui comporte la conception de l’espace et la production de plan et devis, soit 6 % du budget total des 3 éditions. Le tout jumelé à une commandite de 1750$ de Craque-Bitume, dont 900 $ pour l’arrosage, 1 fois semaine, soit 0,4 % du budget total des 3 éditions.Malheureusement, force est de constater qu’en aucun temps ce projet ne fut pensé avec un objectif de pérennité.La SDC a rencontré et échangé à plusieurs reprises avec les étudiants de l’École d’aménagement du territoire de l’Université Laval en lien avec leur projet d’étude de repenser la 3e Avenue. Malheureusement, d’autres obligations n’ont pu permettre la présence du directeur de la SDC à la rencontre de présentation en mars dernier. Il avait été convenu dès lors de rester en contact.Tel que discuté en entrevue en 2016 à Monlimoilou.com, la SDC travaille sur un projet d’idéation pour donner une signature propre à la rue qui sera travaillée de concert avec les commerçants et les citoyens prochainement. Le chantier majeur sur le chemin de  la Canardière et la 3e Avenue annoncé en novembre dernier suite à une subvention fédérale de dernière minute a malheureusement ralenti le processus. Ce qui nous a par contre permis de mieux nous arrimer au projet d’aménagement de la place publique et de l’intersection de la Canardière de la 6e Rue et de la 3e Avenue, ou du mobilier urbain qui sera déployé sur l’ensemble de l’artère par la Ville, de concert avec la SDC.Nous travaillons également sur des mesures d’atténuation pour nos commerçants visant ce chantier.Le rôle des 40 SDC au Québec est d’abord et avant tout d’apporter un nouvel achalandage aux commerçants en plus d’y développer une belle mixité commerciale, respectueuse des citoyens. Le marché du détail vivant des moments difficiles, il est de notre mandat d’attirer de nouveaux clients. Nous nous devons de soutenir l’effervescence de notre quartier, plusieurs membres volontaires se sont joint à nous dans les derniers mois, ce qui démontre un intérêt grandissant envers nos actions, que ce soit le dossier des parcomètres, des ordures, le dossier de la place publique, l’appui du projet de navette vers le Centre Vidéotron, la gestion des mesures d’atténuation du chantier de construction, Limoilove, La Course de La Cité-Limoilou, etc.Avec un budget annuel d’un peu plus de 110 000 $ annuellement et une seule ressource permanente, nous sommes la plus petite SDC de la Ville de Québec. Nous réussissons malgré les contraintes à nous démarquer de façon significative par nos actions.Plusieurs projets seront annoncés sous peu.Nicolas Marcoux, président du conseil d’administration de la Société de développement commercial de la 3e Avenue.