Orthophonie : une clinique mobile de dépistage gratuit bientôt à Limoilou | 11 février 2018 | Article par Viviane Asselin

C’est essentiellement par le jeu que l’orthophoniste interagira avec l’enfant de façon à déterminer s’il présente ou non un retard de langage.

Crédit photo: Design Miss C/pixabay

Orthophonie : une clinique mobile de dépistage gratuit bientôt à Limoilou

Vous soupçonnez un retard dans le développement du langage de votre jeune enfant ? Vous constatez chez lui certaines difficultés de prononciation, d’expression ou de compréhension ? Pour répondre à ces inquiétudes et questionnements qu’entretiennent certains parents, Accès orthophonie a lancé récemment un projet de clinique mobile de dépistage gratuit, qui s’arrêtera notamment bientôt à Limoilou.

C’est au café Rose et pamplemousse que Geneviève Boivin, fondatrice d’Accès orthophonie, recevra parents et enfants de 18 mois à 5 ans dans le cadre de sa nouvelle clinique mobile. La première date — le 17 mars — affichant déjà complet, celle du 7 avril s’ajoute au calendrier, qui devrait ainsi continuer de s’allonger.

Aux gens qui s’inscrivent, l’orthophoniste proposera un rendez-vous de 30 minutes où, après un échange avec les parents pour connaître leurs observations ou leurs doutes, elle interagira avec l’enfant afin de déterminer s’il présente ou non un retard de langage.

« Un dépistage n’est pas une évaluation », précisera à cet effet Geneviève Boivin ; au terme de la rencontre, elle aiguillera les parents vers les services appropriés si un suivi en orthophonie s’avère nécessaire.

L’objectif, c’est de les informer sur les ressources disponibles, au privé comme au public, pour qu’ils puissent prendre une décision éclairée. […] Il s’agit de prendre les difficultés de langage en amont, et d’outiller les parents.

« Une première étape en douceur »

Pour les familles, c’est donc l’occasion de profiter d’un service gratuit de proximité, dans un contexte que Geneviève Boivin souhaite convivial — d’où le choix du café Rose et pamplemousse, en l’occurrence. « C’est déjà difficile pour les parents de faire le pas, de se dire que peut-être leur enfant a un problème. Je vois la clinique mobile comme une première étape en douceur », explique l’orthophoniste de Lebourgneuf, qui voyait aussi le coût du dépistage comme une possible barrière pour les parents.

Celle qui croit « beaucoup en l’action communautaire » ne s’en cache pas pour autant : c’est aussi le moyen pour elle d’établir un premier contact avec une clientèle potentielle. Mais elle ne considère pas son passage à Limoilou comme une concurrence aux organismes déjà établis dans le quartier, dont la Clinique d’orthophonie sociale de Québec. « Je donne de l’information générale. Les parents sont libres d’aller ailleurs après le dépistage », fait valoir Mme Boivin.

Pour le reste, elle voit grand pour son projet, qu’elle développe en parallèle de ses services privés avec Accès orthophonie, fondée à l’été 2017. « J’aimerais faire tous les arrondissements pour que tout le monde ait la chance de venir me rencontrer. »

L’accessibilité : une préoccupation commune

Du côté de la Clinique d’orthophonie sociale de Québec, on applaudit d’ailleurs cette main tendue à la ronde :

Je trouve que l’initiative de Geneviève [Boivin] est très intéressante et nous la saluons, surtout considérant que la mission de la Clinique d’orthophonie sociale est axée sur l’accessibilité des services », estime le directeur général, Élie Belley-Pelletier, invité à commenter le passage de la clinique mobile dans le quartier.

Une accessibilité qui, pour l’organisme de Limoilou, passe plutôt pour l’heure par des services gratuits délivrés en partenariat avec le Centre de pédiatrie sociale et d’autres fondations. Des familles défavorisées ont ainsi pu bénéficier, en 2017, de plus de 300 heures d’interventions gratuites, et le quart des inscriptions au camp d’été Stimuli ont été offertes gracieusement, rapporte le directeur.

En somme, une belle complémentarité pour les gens du quartier.

Pour plus d’info sur la clinique mobile de dépistage gratuit ou pour s’inscrire : Accès orthophonie ou 581 995-1730. À noter que la date du 7 avril n’y apparaît pas encore, mais elle est bien confirmée.