Interpréter la signalisation, mais surtout, savoir réfléchir… | 11 mai 2018 | Article par Monlimoilou

Crédit photo: Viviane Asselin

Interpréter la signalisation, mais surtout, savoir réfléchir…

Mère d’enfants qui fréquentent l’école Saint-Paul-Apôtre, Anick Mathieu a fait parvenir cette lettre ouverte à Monlimoilou, dans laquelle elle rappelle que depuis le 1er mai, il est interdit de se stationner sur les pistes cyclables, incluant en zone scolaire.

Le mois de mai… Neige fondue, lavage des rues entamé et sorties à vélos. Mes enfants ont commencé à circuler à vélo. Comme je souhaite leur apprendre le civisme et le respect des règlements et des autres, ils ne roulent pas sur les trottoirs, mais sur les pistes cyclables prévues à cette fin. Un moyen de transport agréable et écologique mais, malheureusement, non sécuritaire.

Depuis le 1er mai, il est interdit de stationner sur les pistes cyclables à Québec. Cette date revient pourtant chaque année. Avec la même réglementation. On l’oublie? Non, on n’en tient tout simplement pas compte. On souhaite être le plus près de la porte, même dans la zone carrément interdite à l’arrêt. Sur les 4 clignotants pour indiquer que ça ne sera pas long. Tout ça pour que votre enfant ne fasse pas plus que 10 pas (clin d’œil aux cubes d’énergie) alors que les miens contournent vos véhicules en se mettant en danger dans la rue, cette zone de 30 km/h où l’on roule parfois jusqu’à 60 km/h, juste avant de ralentir pour éviter de briser la carrosserie de sa voiture de l’année sur le giga dos d’âne.

Mes enfants seraient-ils moins précieux que les vôtres? Je tente pourtant de leur apprendre les bonnes manières, d’en faire des citoyens respectueux. Lorsqu’on tente de sensibiliser les gens à l’interdiction de stationner sur la piste cyclable, à ce jour, nous n’avons pas eu de mea culpa. Les gens sont pressés, ils se donnent ce droit et finissent par nous envoyer promener directement devant nos enfants. Sérieusement? Nous avons pourtant tous des reproches à faire à la société. Où s’en va le monde, qu’on se demande, sans même remettre en question nos propres gestes au quotidien.

Il y a des choses bien pires dans la vie, vous direz. Pourtant, l’exemple qu’on souhaite donner à nos enfants et leur sécurité restent chez nous des priorités. Non, ce ne sont pas les autres qui agissent mal. Ce sont bel et bien des parents qui stationnent sur la piste cyclable. Des parents dont les enfants sont dans les mêmes classes que mes enfants.

Comme soulever les faits ne suffit pas, j’ai pensé faire ce petit résumé tout simple de la signalisation (ci-dessous). Il vous permettra une bonne mise à jour de vos cours de conduite qui datent peut-être un peu. Bien sûr, la prochaine étape sera de refaire des plaintes pour une surveillance accrue. Pensez-y, je ne dénoncerai pas un rôdeur bizarre aux airs louches, je parlerai de parents qui bloquent la piste cyclable, qui font des virages en U sur la rue de l’école et qui ouvrent leur portière sur les passants, obligeant des petits cyclistes à faire des manœuvres les mettant en danger.

À tous ceux qui se reconnaissent ici, voici une bonne mise à niveau des règles de signalisation routière pour un milieu de vie plus sécuritaire.

Limite de vitesse

Vitesse maximale permise dans la zone scolaire. Il s’agit de 30 kilomètres à l’heure. En principe, à cette vitesse, vous ne devriez pas parcourir plus de 30 kilomètres de distance en 1 heure. Vous pouvez en tout temps vous référez au tableau de bord de votre véhicule. Un odomètre y indique la vitesse lorsque vous roulez.

Voie réservée

La macle (même si le terme peut aussi désigner un filet, une pierre ou un fruit, nous faisons référence ici au blason, espèce de losange blanc vide et étiré sur fond rouge) indique qu’une portion de la voie est réservée à certaines catégories d’usagers. Dans la séquence, la macle précède toujours un autre symbole. Pour connaître la catégorie d’usagers, votre regard doit tendre vers la droite du panneau afin d’identifier le second pictogramme. Dans ce cas-ci, il s’agit d’un vélo. Plus bas, vous avez la période de référence ainsi qu’une grosse flèche pour mieux vous repérer dans l’espace. Ce panneau signifie donc que la zone à droite de la route est strictement réservée aux cyclistes du 1er mai au 31 octobre d’une même année. Malgré que la pancarte contienne beaucoup de renseignements, ses gros caractères et le respect de la limite de vitesse à 30 km/h facilitent sa lecture.

Stationnement interdit

Une seconde pancarte légèrement différente de la précédente est mise à la disposition des usagers de la route advenant le cas où ils auraient mal saisi celle de la voie réservée. Elle signifie que vous ne pouvez garer votre véhicule en aucun temps sur la piste cyclable. Cette interdiction est valide du 1er mai au 31 octobre. À titre de repère, le 1er mai est le 1er jour du mois de la fête des Mères et le 31 octobre est le jour de l’Halloween, fête populaire auprès des enfants. La plupart des conducteurs comprennent de ce panneau qu’il est possible de se garer à cet endroit entre le 1er novembre et le 30 avril de l’année suivante. Ce qui est exact mais fascinant, puisque l’inverse, en l’occurrence ce qui est précisément écrit sur le panneau, ne semble pas maîtrisé.

Arrêt

Panneau de signalisation d’arrêt vous obligeant, selon le Code de la route, à immobiliser votre voiture à l’intersection quelques secondes, le temps de voir que personne n’attend pour passer, puis de repartir. L’affiche dessous ne vous soustrait pas à cette obligation et n’indique pas de passer outre cet arrêt et de filer dans un sens ou dans l’autre. Il ajoute l’interdiction d’arrêter son véhicule en tout temps à droite de la route, précisément à l’endroit indiqué sur le panneau. Il s’agit d’un symbole d’interdiction rouge sur un octogone noir. Donc : Ne pas arrêter à droite. Il n’est donc même pas envisageable de stationner dans cet espace. Les 4 feux clignotants de votre voiture servent à indiquer que vous êtes en difficulté et ne vous permettent pas de contrepasser cette réglementation. Cela, même dans les situations suivantes :

  • J’en ai pour deux minutes.
  • J’ai mal aux pieds.
  • Les autres places sont loin.

Dos d’âne

Au site de l’arrêt obligatoire se trouve ce panneau, lequel vous avise gentiment qu’en ne respectant ni la limite de vitesse (référence au 1er panneau) ni l’arrêt obligatoire (référence au 4e panneau), vous mettez la vie d’un enfant en danger. La présence du dos d’âne tire son utilité dans le rappel qu’il offre au conducteur lorsqu’il fait fi de ces deux consignes. Le cas échéant, la facture du garagiste fait office de rappel.

Borne fontaine

Appareil distributeur d’eau servant aux pompiers en cas d’incendie. Vous stationner devant cette chose pourrait empêcher une intervention d’urgence. Comme les situations d’urgence sont impossibles à prévoir, il est interdit de laisser un véhicule bloquer l’accès à cette borne. La Ville fournit même en prime une pancarte au cas où vous ne verriez pas l’engin rouge vif l’hiver. Dans ces circonstances, il n’est pas admis d’évoquer l’une ou l’autres des excuses suivantes :

  • Rien vu du haut de mon Suburban.
  • J’en ai pour deux minutes.
  • J’ai mal aux pieds.
  • Les autres places sont loin.
  • L’école passera pas au feu ce soir (applicable aux dons de voyance uniquement).

« Coupez le moteur »

Affiche en prime pour vous sensibiliser à un environnement plus sain pour nos enfants. Le futur de notre environnement est pour eux.

Anick Mathieu