Parce que ça se passe aussi dans d’autres quartiers | 29 juin 2018 | Article par Laurence Déry

Crédit photo: Laurence Déry

Parce que ça se passe aussi dans d’autres quartiers

Michel-Olivier Gasse n’habite pas Limoilou. Pire, il habite Montréal. Du moins dans son livre De Rose à Rosa, pigé dans le rayon de suggestions de ma bibliothèque. Il y a cependant de fortes chances que ses récits à saveur montréalaise gagnent le cœur de lecteurs limoulois à la recherche de bonnes histoires à se mettre sous la dent pour la saison estivale.

De Rose à Rosa se lit idéalement sur le balcon. Avec les pneus de bicycles qui crissent sur la gravelle, les chars qui s’arrêtent et repartent pis le bruit de la rue en background. Parce qu’il en est question de balcon, de rue, d’asphalte, dans les histoires du bassiste de Vincent Vallières. De dépanneurs aussi. D’affaires de poubelle. De ruelles pis de jardinage. De corde à linge. Pis de voisins. De voisins sympas. De voisins chiants. Ouais, il est même furtivement question de Limoilou, quelque part entre la page 109 et 111. Amoureux d’ambiance de quartier, de micro-écosystème social aux tribulations entre personnages truculents, vous serez servis!

L’après-midi, quand les balcons arrière deviennent brûlants (même Ti-Pounch se terre dans sa cuisine), on trouve madame Rose au frais sur le balcon avant, face à l’autoroute, des mots croisés ou une circulaire à la main.

La philosophie de Ti-Pounch, Rose garnotte, Le dude du dép, Voulez sardines. Une trentaine de petites histoires qui se lisent en un tour de main. Des tranches de vie de quelques pages, croquées sur le vif. Bienvenue à Villeray. Un quartier comme d’autres quartiers, avec ses artères qui lui sont propres. Avec sa vie qui bat, par petit coup ou à grand tapage.