Défi Gaïa : ramer, pédaler et courir pour la bonne cause | 7 septembre 2018 | Article par Viviane Asselin

L’inscription de Louis Gagné (à gauche) au Défi Gaïa aura convaincu quelques employés d’Alimentex, située sur la 1re Avenue, de prendre part à l’événement-bénéfice.

Crédit photo: Jean Cazes

Défi Gaïa : ramer, pédaler et courir pour la bonne cause

Six kilomètres de canot, douze kilomètres de vélo et neuf kilomètres de course en forêt : c’est là la série d’épreuves à laquelle se soumettra Alimentex pour la bonne cause, dans le cadre du Défi Gaïa. Un événement-bénéfice organisé par Village Monde, et dont les fonds recueillis serviront à soutenir sa mission : celle de développer un réseau de tourisme durable et solidaire hors des sentiers battus, qui profite autant aux voyageurs qu’aux habitants des pays hôtes.

Ce samedi, au parc naturel régional de Portneuf, ils seront deux équipes à concourir sous les couleurs d’Alimentex. L’inscription du propriétaire Louis Gagné et de son coéquipier Martin Matte aura suscité l’intérêt d’employés qui se seront regroupés à leur tour ; le duo accomplira les trois disciplines en tandem, alors que le quatuor (Martin Durand, Simon Beaudoin, Catherine M.-Duchesne et Samuel Dickner) se relaiera.

« La mission première d’Alimentex, c’est la santé, et la santé, c’est reconnu, ça passe par l’activité physique », explique le propriétaire de l’épicerie d’aliments biologiques et de produits naturels, qui cherche ainsi à impliquer son entreprise dans nombre d’événements qui encouragent le sport. La bannière sera d’ailleurs de la course de La Cité-Limoilou, le 30 septembre prochain.

Valeurs partagées

Mais, au-delà du défi ponctuel, c’est également une certaine communauté de pensée qui a convaincu Louis Gagné de s’inscrire à cette première édition du Défi Gaïa. En travaillant à l’essor du tourisme durable chez l’habitant, Village Monde génère des retombées positives écologiques, économiques et sociales au sein du milieu d’accueil. Les valeurs ainsi promues par l’organisme de Québec, ce sont aussi celles de l’homme d’affaires : le commerce local, la communauté, l’enrichissement collectif, l’amélioration des conditions de vie.

« Quand on dépense dans la collectivité, c’est bénéfique pour tout le monde, ça augmente la qualité de vie de tout le monde », fait valoir Louis Gagné en y opposant le modèle capitaliste, qui favorise la prospérité d’une poignée d’individus. Joignant la parole à l’acte, il fait partie de la douzaine de commerçants de Québec qui acceptent le Billet local d’échange (BLÉ), lancé récemment par Monnaie locale complémentaire (MLC) pour créer un réseau économique encourageant la consommation locale, durable et écologique.

Collecte de fonds

Pour soutenir la mission de Village Monde, le Défi Gaïa s’accompagne d’une collecte de fonds. Chaque équipe est appelée à sélectionner un pays où se déploie l’organisme, qui y dédiera les dons recueillis en y renforçant ses initiatives locales. « Village Monde s’engage à ce que 100 % des dons soient redonnés à la collectivité », souligne Louis Gagné.

Lui-même encourage la Thaïlande, son coéquipier étant entraîneur de boxe thaïlandaise. La deuxième équipe d’Alimentex a retenu pour sa part le Canada, suivant cette volonté d’appuyer le développement local.

Pour aider ces deux équipes à atteindre leur objectif de 600 $, vous pouvez leur faire un don via le site Internet du Défi Gaïa (date limite : 8 septembre).