Sol Zanetti, candidat pour Québec solidaire dans Jean-Lesage | 12 septembre 2018 | Article par Baptiste Piguet

Sol Zanetti, candidat pour Québec solidaire dans Jean-Lesage.

Crédit photo: Jean Cazes

Sol Zanetti, candidat pour Québec solidaire dans Jean-Lesage

En vue des élections provinciales 2018, nous rencontrons les candidat.e.s de Jean-Lesage pour connaître leurs motivations, leur vision et leurs priorités sur des enjeux de la circonscription. Sous la forme d’un questionnaire électoral – le même pour tou.te.s  –, voici les réponses de Sol Zanetti, candidat pour Québec solidaire (QS).

Pour faire connaissance

Sol Zanetti, professeur de philosophie au cégep et ancien chef du parti Option nationale (ON), se présente cette année sous les couleurs de QS.

Quel est votre lien avec Jean-Lesage ?

J’habite dans Jean-Lesage à Limoilou. J’adore ce quartier, je suis vraiment sensible aux préoccupations du quartier. Un des enjeux de ma campagne, c’est la qualité de l’air. Je respire tous les jours l’air de Limoilou, comme tout le monde, et je trouve inacceptable l’inaction du gouvernement.

Pourquoi avoir choisi de vous engager pour QS ?

J’étais vraiment content de la fusion d’ON avec QS, c’est comme ça que l’indépendance peut fonctionner. On a joint nos forces, ce qui a suscité un vrai engouement. Pour la première fois de l’histoire, Jean-Lesage, château fort libéral concédé à la CAQ par les chroniqueurs, pourrait devenir solidaire.

Quelle est votre vision du rôle de député ?

Un député est là pour défendre les gens de sa circonscription et son peuple. Il est là pour aller voir ce qui ne marche pas et apporter des solutions. Beaucoup de groupes nous ont parlé de la détresse alimentaire. Jean-Lesage est dernier au Québec pour le revenu médian par ménage, 125e sur 125. Les gens ont de la misère à s’alimenter avec le salaire minimum actuel, le prix de la nourriture, le prix du logement… C’est pour ça qu’on veut augmenter le salaire minimum, faire des logements sociaux et encadrer la hausse des loyers.

Quel dossier jugez-vous prioritaire pour Jean-Lesage, celui auquel vous vous attaquerez en premier ?

On a trois enjeux : la qualité de l’air, le tarif du transport en commun à moitié prix et l’assurance dentaire publique. Une personne sur quatre ne va pas chez le dentiste pour des raisons économiques et beaucoup plus à Jean-Lesage. En ramenant les salaires des médecins spécialistes à ceux de l’Ontario, on libère 925 M$, avec lesquels on peut mettre en place une assurance dentaire à presque 100% pour tout le monde. Ça va changer le visage du Québec au sens littéral et au sens propre.

Enjeux locaux

Quelle est votre vision pour le développement économique dans Jean-Lesage ?

Il faut lutter contre les inégalités de richesse. On veut favoriser les entreprises d’économie sociale et les petites entreprises. Pour ça, on augmente le salaire minimum à 15 $. C’est de l’argent qui n’ira pas dans les paradis fiscaux. L’augmentation du salaire minimum amène des retombées économiques locales, souvent chez les petites entreprises. On aidera, à 100%, les petites entreprises, les dépanneurs, les commerces, les restaurants à payer l’augmentation pour éviter les pertes d’emplois. Mais on n’aidera pas McDonald, Tim Hortons, qui sont capables de payer l’augmentation.

Quelle est votre vision pour la politique de transport à Québec ?

On est l’allié du maire sur le projet de réseau structurant. On veut étendre le projet à Beauport et à Lévis, et on est contre le 3e lien. Par contre, c’est bien que le tramway passe à côté de chez nous, mais il faut être capable de le prendre. On veut donc réduire le tarif des transports en commun de moitié pour tout le monde. Ce qui permettrait la mobilité de tous et une amélioration de la qualité de l’air.

Quelle est votre vision pour le développement social dans Jean-Lesage ?

On veut mettre en place un service de retraite universelle pour lutter contre la pauvreté chez les aînés. On veut un droit au logement et investir dans 50 000 nouveaux logements sociaux. Dans Jean-Lesage, il y a eu une très forte augmentation des loyers, ce qui nuit à la qualité de vie. Il faut encadrer cette hausse.

Quelle est votre position sur le dossier de la qualité de l’air dans Jean-Lesage ?

On est le quartier le plus pollué de Québec et personne ne fait rien. Le gouvernement du Québec doit obliger le Port à couvrir ses transbordements pour arrêter les poussières. On est contre l’agrandissement du port pour préserver la baie de Beauport. On est pour une diminution de la circulation automobile, en transformant l’autoroute Laurentienne en boulevard urbain. On pourrait aussi parler de l’incinérateur et de la gestion des déchets.

Le mot de la fin

QS est élu à l’Assemblée, quelle est la première chose que fait votre parti ?

Faire une assemblée constituante, une assemblée qui va écrire la constitution du pays du Québec, de façon démocratique en consultant tout le monde.

Cette entrevue a été éditée par souci de concision et de clarté.