SPOT 2018 : dévoilement des installations | 15 mai 2018 | Article par Viviane Asselin

Le resto-bar Y’a du monde à messe ! (STGM/AD-HOC). Le SPOT occupera un vaste espace sur le site de l’église Saint-Charles, du parvis jusqu’à l’aire de verdure adjacente.

Crédit photo: SPOT 2018

SPOT 2018 : dévoilement des installations

À un mois de l’ouverture officielle, le SPOT dévoile les installations qui occuperont tout l’été le parvis de l’église Saint-Charles de Limoilou, sous le thème de la « Mise en lumière du patrimoine ». Monlimoilou a eu accès en primeur aux images et descriptifs de la place publique.

À l’instar de la version 2017 à l’Îlot des Palais, la 4e édition du SPOT propose une place publique déployée en plusieurs modules — six, en l’occurrence, qui mettront en valeur le lieu de culte qui les accueille. Tantôt par les matériaux, tantôt par les configurations spatiales, tantôt encore par les significations culturelles, les différentes zones – aux noms évocateurs – feront revivre un patrimoine fondateur pour le quartier.

Chacun de ces espaces porte la signature de firmes d’architecture et de design qui ont collaboré à la conception des installations, en appui aux étudiants en architecture et en design de produits qui, en mars dernier, participaient à l’atelier de création. Un artiste de Québec, Jean-Pierre Morin, y a également mis sa griffe.

Sortir l’église sur la place publique

Baptisé La ruelle par son aménagement qui rappelle ce passage « intime mais rassembleur » typique de Limoilou, le portail d’entrée (B Architecture et Jean-Pierre Morin) annonce d’emblée la couleur locale du SPOT 2018. Incluant un « Espace parvis », il reprend le nom sous lequel le perron de l’église Saint-Charles s’est animé au cours des deux derniers étés. Il en intègre d’ailleurs une partie des installations existantes, inspirées de l’architecture du bâtiment religieux et de ses vitraux.

Dans une même volonté de valorisation patrimoniale, le banc d’église et la chaire se réinventeront dans l’espace lounge Sella (Boon Architecture et Atelier Filz) afin d’offrir un lieu de détente et de travail à l’ombre des arbres et du calvaire.

Le resto-bar Y’a du monde à messe ! (STGM/AD-HOC) comme l’aire de jeux Mini-S-Putt (Hatem+ D et Eba) promettent pour leur part de recréer l’esprit de rassemblement et de socialisation qu’incarnait l’église à une époque pas si lointaine. Pétanque et jeu de poches rivaliseront avec le mini-putt, composé d’une « trinité de parcours » — le Chemin de croix, le Confessionnal et le Cyclorama de Sainte-Anne — parsemés d’épreuves « pas très très catholiques », mentionnent les concepteurs.

Enfin, une zone de kiosques en Procession insolite (BGLA), « disposés en enfilade telles les perles d’un chapelet », accueillera promeneurs et marchands, à proximité de la scène Éclat (Alpha Architecture), modulable au gré des envies, qui vient compléter l’aménagement du SPOT 2018.

À la recherche de bons samaritains

En plus de poursuivre l’élan de valorisation de l’église Saint-Charles de Limoilou amorcé dans les précédentes éditions de l’Espace parvis, l’équipe du SPOT collaborera entre autres avec ses organisateurs, Espaces d’initiatives, pour l’animation du site.

En prévision de l’inauguration officielle fixée au 15 juin, le SPOT est à la recherche de bénévoles de 18 ans et plus — d’une part, pour l’aménagement de la place publique (26 mai au 15 juin), d’autre part, pour le service du resto-bar (15 juin au 25 août, date de clôture officielle). Pour plus d’info : Bénévoles recherchés.