Un bilan de mi-mandat pour Suzanne Verreault | 28 novembre 2019 | Article par Ève Cayer

Un bilan de mi-mandat pour Suzanne Verreault

Hier soir, la conseillère municipale Suzanne Verreault conviait les citoyennes et citoyens du quartier Limoilou à une rencontre de bilan de mi-mandat. Accompagnée de Mélanie Grégoire, agente de recherche pour la Ville de Québec, la conseillère municipale de l’équipe Labeaume, a présenté l’avancement des différents enjeux.

Elle a présenté les actions posées par la Ville de Québec dans les dossiers comme la vision de la gestion des matières résiduelles, les actions pour préserver la qualité de l’air, le projet de réseau de transport structurant, le Grand Marché, le déneigement, entre autres.

Ainsi, la Ville vise à détourner 82 % des matières résiduelles. Suzanne Verreault a précisé que la campagne de sensibilisation à la réduction des résidus domestiques dangereux a permis d’augmenter de 77 % le détournement de ces résidus vers les écocentres et d’y accroître l’achalandage de 30 %.

« Recycler les batteries, par exemple, aide à diminuer les pointes d’émanations en mercure de l’incinérateur », a ajouté la conseillère.

Biométhanisation et qualité de l’air

La biométhanisation plutôt que le compostage a été retenu par la Ville, car selon Suzanne Verreault, l’analyse faite par l’Université Laval, avec l’incinérateur existant et le centre de traitement des eaux à proximité, c’était la solution recommandée. Le compostage s’accompagne d’une troisième collecte, ce qui amène un achalandage supplémentaire en terme de camions.

Elle a ensuite expliqué que :

« les matières putrescibles seront séparées par les citoyens et mises dans un sac de plastique qui sera inséré dans le bac à déchets et ce sac sera extrait au centre de tri et envoyé vers la biométhanisation ».

En réponse aux questions des citoyens, la conseillère a soutenu que le compostage produit aussi des émanations et elle croit que ce qui va sorti du digesteur sera de bonne qualité.

Concernant la protection de la qualité de l’air, elle a précisé les montants investis pour moderniser l’incinérateur et réduire les émanations.

« Quand la matière organique et les boues municipales seront détournées, elles ne reviendront plus à l’incinérateur […]. C’est 182 600 tonnes de matières humides qui seront détournées de l’incinérateur. Il reste le problème des CO à réduire, mais les travaux sont en cours pour les diminuer. Je sais qu’il n’y aura pas de citoyens contents d’avoir un incinérateur », a souligné Suzanne Verreault.

De plus, la vapeur d’eau rejetée par l’incinérateur servira à chauffer, climatiser, éclairer le nouveau centre hospitalier puis l’eau condensée sera retournée vers l’incinérateur et sera réutilisée. Ainsi, 60 millions de litres d’eau seront récupérés.

Le parcours du réseau de transport structurant a été présenté et la conseillère a partagé les principales préoccupations entendues lors des conseils de quartier en plus de prendre le temps de répondre aux questions des citoyens.

Déneigement, agriculture urbaine, verdissement et sécurité

La Ville de Québec revoit, cette année, sa politique de déneigement et elle implante des projets pilotes de retrait de la neige sur le territoire de la Ville dont deux à Limoilou. Ainsi, un axe piétonnier entre le boulevard Benoit-XV et la 14e rue entre la 1re Avenue et 8e Avenue sera déneigé en priorité dès l’accumulation de 5 cm, plutôt que 10 cm et un déneigement manuel sera fait entre les poteaux. L’autre projet concerne 31 abribus du parcours 801 qui vont être déneigés en période de précipitations (actuellement, la neige est seulement tassée et ramassée le lendemain).

L’agriculture urbaine, la sécurité routière et le verdissement du quartier ont été abordés. La conseillère a pris le temps de répondre à l’ensemble des questions des résidentes et résidents de Limoilou.