Cinq questions à Tank de Tank and the Bangas | 4 juin 2019 | Article par Tanya Beaumont

Crédit photo: Tank and the Bangas

Cinq questions à Tank de Tank and the Bangas

La formation américaine Tank and the Bangas s’arrête à Québec dans le cadre de la tournée Green Balloon. L’album du même nom, sorti il y a quelques semaines, propose un mélange de soul, de hip hop, de jazz et de poésie.

Est-ce que c’est votre première fois à Québec?

C’est peut-être la première fois! [rires] Je ne sais jamais vraiment… on voyage tellement et chaque nouvelle ville, c’est surtout une nouvelle scène. Ce qui fait la différence pour moi, ce n’est pas l’endroit, mais bien l’énergie de la foule. Je sais qu’on est déjà venu au Canada, mais je ne sais pas si c’est notre première fois à Québec!

À quoi peut-on s’attendre du spectacle de samedi?

L’énergie sera dans le tapis, comme toujours. C’est certain que quelqu’un se mettra à crier : « Hey! Hey! Hey! » Je le garantis! Quand les gens entendront les paroles de mes chansons, ils n’auront pas le choix de chanter avec nous. Il y aura de la nouvelle musique mélangée à des chansons plus connues. Nous avons hâte de présenter notre nouvel album chez vous.

Est-ce qu’il y a beaucoup d’improvisation dans vos spectacles?

C’est très spontané et les gens pensent que c’est improvisé. Mais la seule chose qui est improvisée, c’est l’énergie. C’est toujours quelque chose de différent. Chaque spectacle est différent parce que la foule apporte quelque chose de différent.

Il s’est écoulé six ans entre la sortie de cet album-ci et le précédent. Pourquoi avez vous pris autant de temps?

On était sur la route et en tournée pour promouvoir notre musique. C’était un non-sens de penser que nous allions présenter un nouvel album alors que personne ne nous connaissait. Ça ne nous a pas semblé si long. C’était juste au bon moment pour nous. Nos chansons pouvaient sembler anciennes pour le groupe, mais elles étaient toujours nouvelles pour ceux qui nous découvraient.

Avez-vous pris une pause pour enregistrer Green Balloon?

On n’a pas pris de pause, on l’a plutôt fait pendant la tournée. J’ai enregistré en Nouvelle-Orléans, en Floride et en Californie. C’était un moment très créatif pour nous. Dans le groupe, tout le monde touche à tout. Les chansons, c’est un peu comme nos adolescents, elles grandissent avec nous. Si j’ai un problème avec les paroles, j’appelle un des gars.

Le spectacle de Tank and the Bangas avec Alfred Banks est présenté en collaboration avec District 7 et Limoilou en musique ce samedi 8 juin 21 h à La Source de la Martinière.