Force et douceur | 23 septembre 2019 | Article par Catherine Breton

Crédit photo: Chloé Dagnault

Force et douceur

Lorsque Chloé Dagnault a choisi la photographie comme domaine d’étude, c’était pour offrir de la beauté au gens. Aujourd’hui, elle fait beaucoup plus que ça.

Peu de temps après la fin de ses études en photographie, Chloé a vécu une grossesse qui l’a amenée à s’intéresser à la périnatalité.

« J’arrivais pas à me laisser complètement aller dans ma créativité à travers mes contrats de photographie. Ce qui fait que j’ai décidé de me réorienter. J’avais envie d’un travail plus près des humains. Répondre à des besoins plus importants dans la société. J’ai alors entamé des démarches pour entrer au bacc. en pratique sage-femme. »

Mais pour entrer au bacc. en pratique sage-femme, Chloé devait acquérir un minimum d’expérience. Elle voulait surtout se familiariser avec ce milieu de travail et valider qu’elle désirait vraiment épouser cette nouvelle vocation. Elle est donc devenue stagiaire à la Maison de naissance. Et c’est via ce nouveau travail qu’elle a eu vent de l’appel d’offre de la Fondation J’allume une étoile.

À la Maison de naissance, Chloé côtoie des naissances heureuses. L’appel d’offre de la Fondation J’allume une étoile concernait un type d’expérience beaucoup plus triste et difficile. Il s’agissait de faire des photos d’enfants morts-nés pour aider les parents à passer à travers ce gigantesque deuil.

« Je me suis dit, en lisant l’offre, pourquoi pas utiliser mes études en photographie pour aider des gens à passer à travers une épreuve immensément difficile. »

Les parents qui perdent un enfant vous le diront : la douleur ressentie est indescriptible, insondable, infinie et abyssale. Et l’aide de Chloé, via ses photographies, s’avère d’un réconfort absolu.

Les photos offrent aux parents, tout au long de leur vie, l’opportunité de continuer de mettre un visage sur cet enfant qui fait partie de leur histoire. Cet enfant en qui ils ont cru, avec espoir. Cet enfant qu’ils ne connaitront finalement jamais, laissant dans le néant les infinies possibilités d’une vie abrégée si tôt. Parce que même s’il s’agit d’une épreuve pénible à vivre, il n’en demeure pas moins que c’est l’amour qui subsiste et que pour rendre hommage à ces sentiments profonds, les photos de Chloé sont un support de grande valeur.

« On arrive sur place quand les parents sont prêts. Généralement, ils ont été accompagnés et le processus de deuil est entamé. »

La démarche se fait tout en douceur et vise à laisser un souvenir impérissable aux parents endeuillés de ces petits êtres qu’ils aiment d’un amour incommensurable. C’est une forme d’héritage. Une confirmation que ces enfants font et feront partie de leur vie et de leur famille pour toujours.

Bref, les photos servent à incarner toutes les émotions qui entourent cette difficile épreuve, mais aussi ce titanesque amour.

« J’essaie que les photos soient le plus représentatives des sentiments des parents. En fait, mon but, c’est de faire des photos qui sont très délicates, très douces, où le bébé a l’air de dormir les trois quarts du temps. Je fais des photos des mains, des pieds. Parfois, les parents sont encore très bouleversés, c’est normal. Mais j’essaie d’être toujours très délicate. »

Les commentaires que la Fondation J’allume une étoile reçoit, parfois un an ou deux après, révèlent que les photographies prennent de la valeur avec le temps. Une fois que la douleur est plus supportable et que le deuil est fait, les parents se réjouissent d’avoir un souvenir tangible. Et la douceur présente dans les photographies met l’accent sur les sentiments apaisants plutôt que sur la douleur et la tristesse.

Le service de photographie est offert gratuitement par la Fondation J’allume une étoile. Les photographes sont mandatés à toute heure du jour ou de la nuit, 365 jours par année, 24 heures sur 24.

Propager la force

Le prochain Pecha Kucha du 24 septembre, au Maelstrom dans le quartier Saint-Roch, portera sur la thématique de la Force. Et Chloé Dagnault fera partie des orateurs de la soirée. Elle abordera le sujet thématique en parlant du travail de la Fondation J’allume une étoile.

Une occasion en or pour faire la promotion de valeurs indispensables au filet social : la force du nombre, la solidarité, la bienveillance, l’altruisme…

C’est en partageant des bons coups et des initiatives de ce genre que l’on inspire d’autres personnes à mettre sur pied de tels organismes. Merci, Chloé Dagnault de propager la bonne nouvelle au prochain Pecha Kucha, mais surtout, merci d’offrir de la douceur aux familles endeuillées.