La Forge : un atelier BD en plein cœur de Limoilou | 5 novembre 2019 | Article par Raymond Poirier

Quatre des huit « forgerons  ». De gauche à droite : Francis Desharnais, Annie Carbo, Pierre-Philippe Renaud et Julien Dallaire-Charest.

La Forge : un atelier BD en plein cœur de Limoilou

Il existe un atelier BD dans Limoilou : La Forge. L’entité, qui regroupe huit auteurs et illustrateurs professionnels ou semi-professionnels, fêtera son premier anniversaire le 8 novembre. Question d’en savoir un peu plus, Monlimoilou est allé à leur rencontre.

L’idée de La Forge est venue de Julien Dallaire-Charest. C’est au détour d’une conférence dans le cadre des Creative Mornings qu’il a découvert Caravane Coop, un espace coopératif dédié aux arts du cirque « caché » au pourtour de la zone industrielle du chemin de la Canardière. À la fin de la conférence, l’une des gestionnaires de l’endroit a lancé un appel : « On cherche des colocs! ». L’appel tombait à point, Julien cherchait justement un local…

Pour bien des travailleurs autonomes, se regrouper, c’est une question de survie. Pour briser la monotonie, rompre la routine, casser la solitude. Depuis quelque temps, Julien était déménagé dans Maizerets. Depuis un peu moins de temps, une amie, Annie Carbo, avait commencé à profiter de la « pièce-atelier » de son 6 ½. Pour, justement, changer de rythme. Mais il en fallait un peu plus…

« À un moment, j’ai réalisé que ça faisait quelques jours que je travaillais de chez moi sans sortir dehors… Je sais pas, j’ai trouvé ça un peu triste », remarque Julien Dallaire-Charest.

Il n’en fallait pas plus pour qu’il commence à sonder l’intérêt de quelques collègues dans la même situation que lui. Puis qu’il entende l’appel de Caravane Coop.

Novembre 2018, l’espace est loué. Les autres membres de l’atelier sont trouvés – certains professionnels, d’autres semi-professionnels. Pierre-Philippe Renaud, Guillaume Demers, Alex Carou, Catherine Lemieux, Laurence Lemieux (« La Dessineuse ») et, plus tard, Francis Desharnais rejoignent Julien et Annie. Illustration. Graphisme. Bande dessinée. Des médiums « forgés » au visuel.

Partager ressources et connaissances

« Travailler en atelier, ça nous permet de partager des ressources, des connaissances. On se déplace, on sort de la maison pour venir ici… ce qui fait que quand on est ici, on travaille! Et c’est plus plaisant d’avoir quelqu’un qui travaille à côté de nous! », poursuit Annie Carbo.

Parfois, c’est le stress face aux échéances qui se rapprochent qui est partagé. À d’autres occasions, ce sont des contrats que l’un, surchargé, réfère à d’autres. Souvent, ce sont des conseils qu’on se donne, les uns servant de premiers lecteurs ou observateurs aux autres. Les collaborations sporadiques, parfois, mènent vers des projets communs, comme c’est le cas pour Pierre-Philippe Renaud et Annie Carbo :

« On est en train de faire une bande dessinée ensemble! À force de s’échanger des idées, ça nous a donné envie de collaborer », lance Pierre-Philippe.

Chacun occupe son espace à sa façon. Et organise son horaire en fonction des projets ou des aspirations. Certains, comme Annie, Julien ou Francis Desharnais, y sont « de 9 à 5 ». D’autres occupent l’espace plutôt les fins de semaine ou les soirs. Chacun y va selon ses besoins. « Ça apporte une certaine stabilité, il y a une dynamique de travail qui s’installe, on se crée une routine », observe Annie. « Et en plus, tout le monde habite à moins de 15 minutes de déplacement du local! »

Un espace qui s’anime

D’une façon, l’espace est unique à Québec – ou presque. En dehors de La Forge, il existe un seul autre atelier BD actif dans la Capitale, « La Shop à bulles », basé à la Maison de la littérature. « Pour nous, c’est la preuve qu’il y a un milieu dédié à la BD, ici, à Québec, et qu’on est suffisamment à l’animer pour avoir envie de se regrouper, de travailler ensemble », remarque Francis Desharnais.

La collaboration avec les membres de Caravane Coop se passe bien, de façon naturelle. L’équipe de La Forge participe aux tâches collectives. Annie siège au conseil d’administration. « Ça se passe de façon très conviviale », remarque-t-elle. « Et on s’amuse parfois à parler collaborations entre bande dessinée et cirque ». Il faut dire qu’à l’occasion, pour prendre une pause du boulot, certains auteurs descendent dans l’espace de répétition pour croquer les circassiens à l’œuvre…

Cela, alors que chacun développe ses projets. Francis mène de front plusieurs projets BD, avec des sorties à venir dans la prochaine année. Julien en fait de même, entre les zines (comme Genoux écorchés, qu’il lancera le 8 novembre) et les productions professionnelles, ses BD reportages pour la boutique Le Knock-Out et ses collaborations à des recueils – comme Les 5 plus grands mystères extraterrestres au Québec aux Éditions Sawin. Renaud et Annie, eux, collaborent sur leur projet Zabafada en parallèle de mandats d’illustration ou de graphisme.

À quelques jours du premier anniversaire, les idées de projets ne manquent pas pour animer l’endroit – au côté du boulot! Atelier de fanzine, marathon BD, expositions, et bien plus.

Journée portes ouvertes

Ce 8 novembre dès 13 h, au 1125 chemin de la Canardière porte 5, le public est invité à découvrir La Forge à l’occasion d’une journée portes ouvertes. C’est l’occasion d’aller à la rencontre des créateurs qui l’occupent et de découvrir les œuvres sur lesquelles les artistes travaillent actuellement – avec un verre d’Orange Crush à la main! Une opportunité de parcourir le travail des « forgerons ».

Dès 17 h et « jusqu’à tard », Julien Dallaire-Charest en profitera pour lancer son zine Genoux écorchés.