Îlot des Capucins, phase 3 : déjà plusieurs réservations | 23 octobre 2019 | Article par Jean Cazes

Perspective à partir de l’une des deux terrasses de la phase 3 de l’îlot des Capucins, une caractéristique du projet qui fait la fierté de son promoteur, David Grondin.

Crédit photo: Miradas - Graph Synergie

Îlot des Capucins, phase 3 : déjà plusieurs réservations

À la limite est du Vieux-Limoilou, tout près du cégep, la phase 3 de l’Îlot des Capucins accueillera ses premiers locataires dès mai 2020, dans un immeuble en harmonie avec la trame urbaine du quartier, soutient son promoteur David Grondin.

 

Le site Web rafraîchi de l’Îlot des Capucins souligne depuis peu les caractéristiques de l’édifice à condos locatifs et de ses unités à ses aires communes. En juin dernier, David Grondin nous avait dévoilé, en exclusivité, ces quelques lignes du projet.

Au coin du boulevard de la Canardière et de la 8e Avenue, l’ultime phase de l’Îlot des Capucins ajoutera aux 48 maisons de ville des phases 1 et 2, 76 unités de logements répartis sur cinq étages.

Un étage de moins pour une meilleure intégration

Invité à commenter l’évolution de l’imposant chantier, David Grondin explique que celui-ci est « en avance pour l’hiver », comme en témoignent la pose des fenêtres et la division des logements, en cours.

« Les premiers locataires pourront donc y habiter dès mai ! », précise le promoteur.

Le promoteur exprime de nouveau sa reconnaissance pour l’intérêt renouvelé que suscite l’îlot des Capucins auprès de la population. Cela, depuis sa mise au monde en 2016 jusqu’à l’ouverture récente de la vente de location de la phase 3 :

« On confirme déjà 12 réservations d’unités dans les dix premiers jours. […] On reçoit beaucoup de demandes d’information, que ce soit par exemple de professeurs du cégep de Limoilou, des employés des deux hôpitaux, de retraités de l’extérieur qui désirent vendre leur maison pour s’établir en ville… », raconte-t-il.

David Grondin est particulièrement fier de voir poindre la finition de l’Îlot des Capucins qu’ont dessiné les architectes du Groupe A / Annexe U, notamment au chapitre de son intégration dans la trame urbaine :

« D’autant plus que ce terrain avait longtemps été laissé à l’abandon, après une série de mésaventures, de changements de propriétaires. Avoir mis en valeur avec les architectes ce terrain-là, c’est un honneur pour moi, et en plus j’ai une très belle clientèle qui aime le secteur ! Le zonage permettait six étages, rappelle-t-il, mais un étage de moins pour la dernière phase permettait une meilleure intégration de l’ensemble dans le quartier. »

À propos de la « ruelle » en cours d’aménagement qu’on peut observer du côté de la 8e Avenue, David Grondin fait remarquer :

« Nous aurions pu recréer une vraie ruelle de part et d’autre, mais cela aurait causé un mouvement de véhicules à travers l’ensemble. Ici, on parle plutôt d’un cul-de-sac forcément moins passant qui desservira essentiellement les résidents. C’est d’autant plus important pour la qualité de vie des familles et la sécurité des enfants qui y habitent. »

À la recherche de nouveaux terrains

Après avoir réalisé d’autres projets d’envergure dans les quartiers centraux, à l’exemple de l’immeuble Le George-Étienne dans Montcalm, David Grondin ne cache pas sa motivation à poursuivre dans la même veine :

« On est à la recherche de terrains pour d’autres développements résidentiels dans Limoilou, en Haute-Ville, etc. Car le milieu bâti, c’est notre créneau !  », dit-il en conclusion.

Pour en savoir plus, un bureau de location est maintenant installé près du site, au 850, chemin de la Canardière. De plus, une unité modèle sera aménagée cet hiver dans le nouvel immeuble.

À lire aussi : Dix ans de grands chantiers (2) : de l’Intermarché à l’Îlot des Capucins.