Isabel Madrid nommée directrice générale de la SDC 3e Avenue | 20 novembre 2019 | Article par Amélie Légaré

Isabel Madrid, nouvelle directrice générale de la SDC 3e Avenue – Limoilou.

Crédit photo: Amélie Légaré

Isabel Madrid nommée directrice générale de la SDC 3e Avenue

Isabel Madrid œuvrait pour le restaurant La Salsa avec sa famille depuis une vingtaine d’années. Impliquée au sein de la Société de développement commercial 3e Avenue – Limoilou depuis 2012, elle a occupé les fonctions de membre et présidente du conseil d’administration, avant d’être nommée directrice générale. Un cheminement naturel pour la femme d’affaires qui connaît la réalité des commerçants et du secteur.

Isabel Madrid s’est beaucoup investie dans la gestion du restaurant mexicain et salvadorien La Salsa depuis son ouverture sur la 3e Avenue, en 1997. Elle collaborait à la gestion du commerce appartenant à ses parents, avec d’autres membres de sa famille.

« J’ai été propriétaire de cœur. Je me suis impliquée à 1000 %. Je connais la réalité d’un commerçant qui est en démarrage, les embûches, les difficultés. »

Ses responsabilités au sein de la SDC 3e Avenue – Limoilou ne datent pas d’hier puisqu’elle était membre du conseil d’administration depuis sa création. La mère de famille avait toutefois pris une pause en cours de route pour donner naissance à ses jumeaux. « Dès que je suis revenue, j’ai voulu me réimpliquer sur le CA. De fil en aiguille, je suis tombée présidente. C’est un rôle que j’ai vraiment aimé », confie Mme Madrid. Suite au départ du directeur général, elle a été appelée à gérer certains dossiers avec des organisations ou des commerçants du quartier.

« Je faisais ça en même temps que mon travail habituel et je ne sentais pas nécessairement que c’était exigeant. En parlant avec d’autres directeurs généraux, je me suis rendu compte que c’était super naturel, car j’avais déjà beaucoup de contacts. J’avais vraiment le profil pour ça. »

Traverser de l’autre côté

Selon Isabel Madrid, sa connaissance du quartier et de la réalité des entrepreneurs lui sera très utile dans le cadre de ses fonctions. « Je suis consciente pour qui je travaille et je suis consciente qui je représente donc c’est ce que je veux porter, la voix des commerçants. » La gestionnaire se considère de nature rassembleuse. En début de mandat, elle souhaite donc aller à la rencontre des gens, les écouter et poursuivre la collaboration qui anime le quartier.

« Je veux comprendre les embûches qu’ils vivent et si je suis capable de faire une différence, je vais la faire. Je veux vraiment qu’ils aient confiance en moi et que la SDC soit une ressource. »

La femme d’affaires précise que sa décision de passer de commerçante à directrice générale de la SDC est réfléchie et qu’elle a consulté sa famille avant de confirmer sa nomination. Elle succède ainsi à Sébastien Chamberland, directeur général en poste de 2015 à 2019.

« On est très unis, donc c’était super important que tout le monde soit à l’aise avec la décision et qu’ils soient d’accord. Ils étaient super contents et ils me voient bien représenter la rue. Ils savent à quel point je suis attachée à la rue et à quel point Limoilou fait partie de ma jeunesse. Ça fait partie de mon histoire. »

Esprit de collaboration

Selon la nouvelle directrice générale, l’équipe qui chapeaute la SDC 3e Avenue est talentueuse, motivée et complémentaire. « On n’a pas nécessairement toujours la même idée, on n’est pas nécessairement toujours d’accord, mais c’est ce qui est beau. On réussit vraiment à trouver la meilleure vision pour nos membres et on réussit à communiquer d’une manière super respectueuse et harmonieuse donc c’est vraiment bien », admet-elle. « Je pense que je vais avoir des défis comme dans tout, mais j’ai une super belle équipe. Si j’ai des questions, on va trouver des solutions ensemble. Je connais les ressources et je connais leurs forces. »

Isabel Madrid se dit motivée à l’idée de contribuer à l’essor de la vitalité du quartier. D’ailleurs, la résidente de Limoilou considère que la 3e Avenue n’a pas perdu « son essence » au cours des dernières années et que les commerçants ont su se renouveler.

« Limoilou et la 3e Avenue, ce sont des gens soudés, des gens de cœur, des gens qui se soucient beaucoup de l’environnement et des autres. […] Il y a tellement de services variés et les gens se reconnaissent, donc il faut garder cet esprit de communauté », précise-t-elle. « Il y a un commerçant derrière chaque commerce et c’est eux que je veux faire valoir, c’est leur histoire. Ce n’est pas juste une histoire de commerces, il y a du travail derrière tout ça. La rue s’est créée avec eux. »

En savoir plus sur...