Lairet : réinventer le secteur Fleur de Lys, ralentir la 18e Rue | 12 avril 2019 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Jean Cazes

Lairet : réinventer le secteur Fleur de Lys, ralentir la 18e Rue

Le développement du secteur Fleur de Lys mais surtout la circulation et la sécurité sur la 18e Rue, notamment aux intersections de la 4e et de la 8e Avenue, ont volé la vedette lors de l’assemblée générale annuelle du conseil de quartier de Lairet, mercredi.

Réinvention du secteur Fleur de Lys : premières pistes de développement

En janvier dernier, Trudel Alliance célébrait l’acquisition récente de Fleur de Lys. L’entreprise des frères Jonathan et William Trudel annonçait du coup une consultation pour le développement du secteur incluant le centre commercial et les terrains environnants qu’elle possède aussi.

Une première phase de consultation qui s’achève aura permis de rejoindre quelque 50 organismes, 80 commerces, 1000 répondants en ligne et 1000 clients sur place, a résumé Mathieu Forget, responsable des relations avec la communauté pour Trudel Alliance. La superficie de l’ensemble du secteur à développer s’approche de celle d’ExpoCité, a-t-il précisé.

Au-delà d’un centre d’achats, Fleur de Lys revêt une vocation d’espace de socialisation, de milieu de vie, révèlent les résultats. Âgé de 55 à 75 ans, le noyau de sa clientèle habite Limoilou, Vanier, Charlesbourg. Trudel Alliance et les occupants du centre veulent préserver cette clientèle fidèle et le caractère de milieu de vie du lieu, mais aussi attirer davantage de visiteurs plus jeunes.

Outre le départ des grandes surfaces (Sears, La Baie), le passage de boutiques de liquidation a favorisé une baisse d’achalandage, a expliqué M. Forget. Pour redynamiser le centre et diversifier sa clientèle, en plus d’attirer de nouveaux locataires, on entend notamment miser sur des événements, en tirant profit de la configuration et des larges allées.

Des activités de divertissement, notamment un cinéma, font partie des propositions qui rallient les répondants au sondage, de même qu’une offre de restauration plus diversifiée. Ils souhaitent aussi voir du développement hôtelier et résidentiel dans le secteur. Certains suggèrent que des services de santé – clinique médicale, physiothérapie, etc. – seraient un ajout intéressant au centre, de même que des espaces à bureau.

Reverdir le secteur compte parmi les souhaits des répondants et ceux du promoteur, qui veut pour ce faire développer des collaborations avec des organismes locaux. Recyclage et compostage sont aussi prévus, a affirmé M. Forget, en réponse à une citoyenne.

À proximité de l’Institut de réadaptation en déficience physique du Québec, Fleur de Lys répondra, a aussi mentionné M. Forget, aux plus hauts standards en matière d’accessibilité universelle. Il vise à devenir un « laboratoire d’innovation » en la matière.

Trudel Alliance souhaite des aménagements qui contribuent au désenclavement du secteur et une meilleure intégration du transport en commun. L’entreprise, qui prévoit avoir commencé à « refaçonner Fleur de Lys » d’ici deux ans, demeure à l’affût d’annonces concernant le projet de transport structurant et attentive aux suites de la consultation pour le pôle Wilfrid-Hamel – Laurentienne.

Secteur 18e Rue – 4e Avenue – 8e Avenue : des relevés et solutions qui font réagir

Préoccupé par les accidents sur la 18e Rue aux intersections de la 4e Avenue et de la 8e Avenue, le conseil de quartier de Lairet avait formulé des propositions d’interventions avant d’accueillir la Ville de Québec pour une présentation de solutions potentielles.

Selon les données recueillies et présentées par Jérôme Nadeau, ingénieur à la Ville de Québec, la vitesse de 85 % des véhicules à ces intersections est de 57 km/h ou moins, et la vitesse moyenne, de 51 km/h. Plusieurs personnes du secteur, dont des résidents de longue date de la 18e Rue, ont mis en doute ces données, qualifiant leur artère de « piste de course » par moments. Estimant qu’il ne s’agissait pas d’une simple perception, ils ont notamment questionné les moments des relevés.

Parmi ses propositions, le conseil de quartier de Lairet avait suggéré de diminuer le nombre de voies accessibles aux automobilistes en réservant la voie de droite au transport en commun; d’utiliser un marquage de flèches au sol; d’élargir le champ de vision à l’intersection de la 18e Rue et de la 8e Avenue en abaissant les talus de part et d’autre. La Ville s’est montrée défavorable à ces propositions. Elle a essentiellement retenu celle de réduire la largeur de la 18e Rue et de ses voies de circulation, et prévoit par ailleurs prolonger de quatre secondes le feu piéton à l’intersection de la 8e Avenue. Des réactions de déception se font fait entendre.

« On ne sent pas une vision d’aménagement qui serait respectueuse effectivement du besoin de circulation, mais aussi des citoyens qui sont autour », a résumé une citoyenne.

Plusieurs ont déploré que la circulation automobile semble avoir préséance sur le sentiment de sécurité des piétons. Devant les nombreuses interventions et suggestions de mesures, la conseillère municipale de Limoilou Suzanne Verreault a rappelé le processus de consultation sur la sécurité routière lancé en février 2018. Il y aura de prochaines opportunités de s’exprimer pour l’amélioration de la sécurité routière, a-t-elle dit. « Il faut réfléchir à changer ces normes-là », a-t-elle répondu à une citoyenne remettant en question les normes existantes.