Limoilou dans les années 1960 (110) : Place des Chênes | 9 juin 2019 | Article par Jean Cazes

 

 

Crédit photo: Jocelyn Paquet (collection personnelle)

Limoilou dans les années 1960 (110) : Place des Chênes

La série « Limoilou dans les années 1960 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives tirées de diverses sources.

Immortalisée en septembre 1968, l’image à la une est tirée du fonds du collectif de photographes du Soleil, Photo moderne. Ce fonds constitue une partie de la collection de négatifs de Jocelyn Paquet.

La photo comparative ci-bas de Place des Chênes, prise en direction est sur la rue du même nom, date du 20 mai 2019. L’étage d’espaces à bureaux qu’on y trouve maintenant a été érigé avant 1971, si l’on se fie aux Archives de la Ville de Québec.

Témoin de la nouvelle couronne nord du quartier

Objet de l’article « Je travaille à Place des Chênes », cette place construite en 1964 s’inscrivait dans le développement du secteur nord de Limoilou, qui visait à répondre aux besoins grandissants de jeunes familles. C’est ce que rapporte Jacques Saint-Pierre dans son ouvrage Lettres de Limoilou (Caisse Desjardins de Limoilou, 2008).

La onzième et dernière paroisse de Limoilou voit le jour en 1961. Elle compte à l’origine plus de 3700 personnes et 900 familles, qui faisaient partie jusque-là de Saint-Albert-le-Grand. À l’époque, Sainte-Odile est à peu près le seul endroit du quartier où il reste des terrains pour la construction résidentielle. De fait, c’est la paroisse [de Limoilou] qui connaîtra la plus forte augmentation de sa population de 1961 à 1971. À cette date, elle regroupe près de 9500 personnes.

Propriété de Gaston Paradis à l’origine, Place des Chênes a vu le jour sur le site d’une salle de quilles incendiée. C’est ce que nous apprennent entre autres des témoignages reçus après un appel à tous dans le groupe Facebook Souvenirs de la Ville de Québec (et les environs)qui nous a permis d’en savoir davantage sur les premières années du centre commercial.

Parmi les anecdotes ayant été recueillies, notons d’une part celles concernant certains commerces qui ont fait partie du quotidien de la communauté locale. C’est le cas notamment du St-Hubert (en arrière-plan à gauche), dont le local est aujourd’hui occupé en partie par un dépanneur :

« Le premier St-Hubert que mon père et son frère ont ouvert en 1967, j’y ai travaillé pendant mes études! De beaux souvenirs! » – D. Bédard

« […] le IGA, où j’ai eu mon premier emploi à 1,35$ de l’heure. » – A. Voyer

« Juste à côté, à même le centre commercial, il y avait une Commission des liqueurs. Ma première!! J’allais y chercher un 10 oz de Captn. Morgan avec une fausse carte. Le genre de Commission où on nous recevait comme à un comptoir. » – D. Harvey

Notons d’autre part que l’ancienne Banque canadienne nationale, qui occupait l’espace actuel de la pharmacie Brunet, aurait souvent été victime de vols.

« Peu avant les Fêtes, […] j’ai été témoin d’un vol à cette banque. Ça entre en criant « À terre! À terre! » Tu te couches et ça te tente de leur dire de se dépêcher. Après, lorsque c’était sécuritaire, la gérante nous a payé un petit cognac en attendant les policiers. Drôle d’expérience… » – A. Voyer

Monlimoilou.com remercie tous ceux et celles qui ont partagé leurs souvenirs des premières années de Place des Chênes. N’hésitez pas à partager les vôtres!

Lire le billet précédent de la série : Caisse Desjardins Saint-Fidèle.