Cultiver pour donner: tendre une main nourricière | 6 juin 2020 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Pixabay

Cultiver pour donner: tendre une main nourricière

Le jardinage n’aura jamais eu autant la cote qu’en ce moment, avec de nombreux professionnels en télétravail, à deux pas de leur jardin qu’ils peuvent entretenir, pendant leur pause, mais surtout beaucoup de temps à la maison en général. En plus de fêter ses 5 ans cette année, Cultiver pour donner prend de l’expansion, avec une serre et des bacs à compost.

La serre artisanale qui sera construite va bénéficier d’un appui financier d’une entreprise sympathique à la cause — dont le montant du don reste à confirmer. C’est sur le terrain de la famille Myriam, sur la 8e Avenue et à l’angle de la 22e Rue à Limoilou, que sera construite ladite serre. « On commence aussi le compostage avec quelques bacs et les précieux conseils d’une spécialiste en compostage », précise Jacques Bilodeau, instigateur du projet.

La pouponnière de plantes, dans le sous-sol de l’église Sainte-Claire, à Limoilou.
Crédit photo: Véronique Demers

C’est bien modestement, dans sa cour, que le diacre permanent à la paroisse Saint-François-de-Laval à Limoilou, a commencé Cultiver pour donner. De fil en aiguille, le projet a pris de l’ampleur, jusqu’à posséder désormais 9 terrains de production de légumes et fines herbes qui, une fois venu le temps de la récolte, sont distribués à des familles limouloises dans le besoin. Outre ces terrains, des individus participent aussi à l’initiative, en faisant pousser sur leur balcon ou dans leur cour arrière des plants. L’organisme fournit le terreau et les plants.

« J’ai été en contact avec plusieurs familles et personnes en situation de précarité. Ça m’est toujours resté en tête », souligne celui qui a oeuvré pendant une douzaine d’années au service d’entraide du Patro Rocamadour, à Limoilou.

Bien que la pandémie de la COVID-19 ait frappé de plein fouet l’économie, heureusement, cela n’a pas vraiment affecté le calendrier de production de Cultiver pour donner. « On s’est adapté. Le plus gros changement était dans les équipes de travail sur le terrain. On se limite à 2, 3 ou 4 jardiniers », précise M. Bilodeau.

Resserrer les liens

Ainsi, pendant une douzaine de semaines, les bénévoles de Cultiver pour donner se rendent chez les bénéficiaires du projet, pour leur remettre leur panier. Des liens se tissent naturellement, et la courte visite se transforme souvent en visite amicale.

Une des bénéficiaires du projet, Sylvie, se dit reconnaissante de découvrir de nouveaux légumes, avec les membres de sa famille. « C’est agréable; on peut profiter de légumes qu’on n’oserait pas acheter, soit parce qu’ils sont trop dispendieux, ou inconnus. On peut faire aussi de bonnes réserves dans le congélateur », a-t-elle témoigné à l’organisme. L’an dernier, 36 ménages ont bénéficié des paniers de fines herbes et légumes frais dans le cadre du projet Cultiver pour donner.

Pour participer au projet ou être bénévole à la distribution de légumes:

418 623-4926, poste 100
paroisse@limoilou.ca