Église Saint-François-d’Assise : ajustement au nouveau règlement de zonage | 20 février 2020 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Jean Cazes

Église Saint-François-d’Assise : ajustement au nouveau règlement de zonage

Alors que la démolition de l’église Saint-François-d’Assise suit son cours, les citoyens du secteur étaient conviés, hier dans le cadre de l’assemblée du conseil de quartier du Vieux-Limoilou, à une consultation publique découlant des recommandations faites lors de la consultation de novembre 2019 pour le projet immobilier d’Acéro.

Le 20 novembre, les modifications réglementaires demandées pour le projet en question avaient fait l’objet d’une recommandation favorable, assortie d’une restriction quant à la zone touchée. Ces modifications visaient notamment à permettre un rehaussement de la hauteur autorisée à 26 mètres sur 80 % de la projection au sol du bâtiment; elles n’impliquaient aucune limite quant au nombre de logements permis.

Comme c’est souvent le cas, le changement réglementaire proposé ne se limitait pas au lot spécifique du projet d’Acéro, mais s’étendait à toute la zone (19021 Mc) délimitée par la 1re Avenue et les rues Royal-Roussillon, Saint-Martial, de l’Espinay. Les terrains du presbytère et du Centre Jean-Guy-Drolet auraient donc bénéficié de la même autorisation que celui du projet d’Acéro advenant leur mise en vente et le développement de nouveaux projets immobiliers.

Lors de la consultation de novembre, des citoyens préoccupés par l’avenir de ces terrains s’étaient exprimés. On craignait les conséquences de la modification réglementaire sur le développement immobilier futur du secteur. De là la recommandation avec restriction de la part du conseil de quartier. Devant cette recommandation, le conseil d’arrondissement a enclenché un nouveau processus de consultation, sur la proposition de scinder la zone en deux.

Deux zones, un amendement

Pour la Ville de Québec, la nouvelle proposition soumise à la consultation hier devait répondre aux préoccupations citoyennes. On y proposait de scinder la zone en deux et de réserver au site du projet d’Acéro le rehaussement de la hauteur autorisée à 26 mètres sur 80 % de la projection au sol du bâtiment, toujours sans limite quant au nombre de logements permis pour l’autre zone, issue de la scission.

Pour les représentantes d’Action Limoilou présentes parmi le public, cette proposition évacuait une préoccupation majeure. En ne limitant pas le nombre de logements permis, on ouvrait la porte à un développement résidentiel basé sur la multiplication de petites unités au détriment des besoins du quartier, ont-elles expliqué.

Les membres du conseil de quartier, après délibération, se sont prononcés en faveur d’une modification réglementaire amendée, limitant à 20 unités le nombre de logement permis sur les terrains voisins du projet d’Acéro. Cette recommandation sera transmise au conseil d’arrondissement.

D’autres inquiétudes citoyennes

Au terme de la consultation, les citoyennes d’Action Limoilou ont fait part au conseil de quartier d’autres inquiétudes que des résidents du secteur leur partagent depuis la consultation de novembre et le début des travaux de démolition. Certains se questionnent sur les suivis avec l’école à proximité, d’autres sur la marche à suivre advenant des impacts sur leur bâtiment… Faisant valoir qu’Action Limoilou n’a pas un rôle d’interlocuteur désigné, elles ont demandé au conseil de quartier d’intervenir en tant que facilitateur pour la suite.

À lire aussi : Accueil favorable pour le projet qui succédera à l’église Saint-François-d’Assise.