Plusieurs projets pour « l'enfant sage de l'art rebelle » | 23 décembre 2020 | Article par Jean Cazes

Crédit photo: David Cannon

Plusieurs projets pour « l'enfant sage de l'art rebelle »

Le peintre Jean Gaudreau, qui a fait l'objet du livre L'enfant sage de l'art rebelle en 2019, brasse plusieurs projets. La présente crise sanitaire lui a permis de se consacrer davantage à son art. Il prévoit notamment de nouvelles expositions en 2021 et 2022.

Publicité

En cette ère marquée par la COVID, Jean Gaudreau se considère privilégié, la pause obligée dans ses autres engagements et le report d'expositions lui ont permis de toute façon de se consacrer davantage à son art. À tel point que sa nouvelle production pourrait faire l'objet d'un autre chapitre de l'ouvrage qui lui est consacré!

« Comme mon réseau de collectionneurs est aussi confiné à la maison, à défaut de voyager, ils achètent des tableaux », confie-t-il.

Série Hommage à Van Gogh. 2020.

Outre sa création d'autres œuvres tirées de fragments de cuivre de l’ancien recouvrement de toit du Château Frontenac, Jean Gaudreau se dit enfin confiant, entre autres projets, que ses nouvelles séries inspirées des œuvres de Riopelle et de Van Gogh feront l'objet d'expositions respectivement à Montmagny en 2022 et dans un lieu qui reste à déterminer à l'automne 2021.

Un livre

L'enfant sage de l'art rebelle met en valeur plus de 40 ans de la fructueuse carrière de Jean Gaudreau. Illustré de quelque 500 œuvres tirées des milliers qui ont fait la réputation à l'international de l'artiste multidisciplinaire limoulois, cet ouvrage de la catégorie « beaux livres » s'adresse aux amateurs et aux connaisseurs d'art.

Publié à l'automne 2019, L'enfant sage de l'art rebelle porte les signatures de deux critiques d'art : Josianne Desloges retrace l'évolution artistique de Jean Gaudreau et Alexandre Motulsky-Falardeau, son parcours de vie.

« Jean Gaudreau aborde la peinture comme une matière vivante, à transformer et à amalgamer avec d'autres matériaux », souligne la préface du livre.

« Son art est une affaire de mouvement, de rythme, d'effervescence, qui se nourrit souvent des arts de la scène. Au fil d'une carrière prolifique, il s'est taillé une place parmi les meilleurs peintres contemporains du Québec. Il a collaboré avec le Cirque du Soleil, Ex Machina, le Château Frontenac et de multiples organismes qui défendent des causes qui lui tiennent à cœur.  »

Une rencontre marquante

En 2011, nous avions eu le privilège de nous entretenir avec Jean Gaudreau dans sa maison atelier/salle de montre de Maizerets. Viviane Asselin avait à juste titre souligné dans son article « cette capacité d’émerveillement dont jouit l’art en général, et celui de Gaudreau en particulier ». Et notre collaboratrice d'ajouter :

« N’est jamais loin le souvenir pénible des premières années, avant la reconnaissance qui fut lente à acquérir mais, plutôt que d’en éprouver quelque rancœur, il met son talent au service de ceux qui souffrent ».

Évoqués à titre d'exemples l’Alzheimer, les Jeunes musiciens du monde et le Pignon Bleu, causes au profit desquelles l'artiste-peintre, graveur, sculpteur et photographe avait déjà fait don de toiles pour des encans.

On peut se procurer L'enfant sage de l'art rebelle au coût de 74,95 $ chez Archambault et Renaud-Bray, ou en le commandant chez l'éditeur Jean Harvey ou auprès de toute autre librairie.

Jean Gaudreau, lors d'une rencontre avec Monlimoilou, en 2011.
Crédit photo: Jean Cazes

À lire aussi : Trésors d’arrière-cours (5) : Le « sous-bois zen » de Jean Gaudreau.