Lecture et écriture: un livre pour les tout-petits | 14 avril 2020 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Pixabay

Lecture et écriture: un livre pour les tout-petits

C’est pour offrir un outil aux parents, aux éducateurs et aux spécialistes oeuvrant auprès des tout-petits que la Limouloise Marie-Ève Bergeron Gaudin a conçu « Éveil à la lecture et à l’écriture », avec Pascal Lefebvre, aux éditions du CHU de Sainte-Justine.

Publicité

L’ouvrage, disponible en librairie à la fin avril (et fort probablement par la suite dans le réseau des bibliothèques de la Ville de Québec), représente la deuxième collaboration pour l’auteure avec la maison d’édition, après avoir publié en 2014 un livre sur le développement du langage auprès des 0-5 ans.

« Entre 0 et 6 ans, c’est une période critique pour le succès de l’enfant au primaire. Il y a toute une préparation avant la première année. La connaissance des lettres et la façon de les écrire font partie des connaissances qui favorisent fortement la réussite scolaire. Ça peut même éviter des difficultés d’apprentissage », souligne l’orthophoniste de métier.

Moments propices à l’apprentissage

Dans son ouvrage coécrit avec Pascal Lefebvre, professeur en orthophonie à l’Université Laurentienne et spécialiste de la lecture partagée enrichie, Marie-Ève Bergeron Gaudin insiste sur le fait de créer avec l’enfant des moments propices à l’apprentissage, c’est-à-dire de susciter sa participation et lui permettre d’avoir du plaisir dans l’activité, pour éviter qu’il le voit comme une obligation.

« Dans la lecture partagée, pouvant aussi se traduire par lecture interactive, on invite l’enfant à participer, à réfléchir. On n’est pas dans la surscolarisation. On veut simplement que l’enfant soit exposé au livre, mais aussi à toutes les formes d’écriture qu’on peut retrouver au quotidien dans l’environnement, comme des affiches de spectacle, le menu d’un restaurant, les paroles d’une comptine », détaille l’auteure, mère de deux garçons.

Dans « L’éveil à la lecture et à l’écriture », il est aussi question de l’utilisation des tablettes électroniques. Selon l’auteure en petite enfance et rédactrice scientifique qui adore fréquenter les cafés de Limoilou, l’utilisation peut être bonne, tant qu’elle se fait à petite dose et qu’elle n’interfère par avec plein d’autres fonctionnalités qui viendraient distraire l’objectif principal (de lecture)», prévient-elle.

« Une tablette ne remplacera jamais l’interaction et l’apprentissage que peut fournir un adulte », prévient-elle. « L’idée n’est pas de démoniser la tablette, mais c’est toujours plus pertinent que l’enfant interagisse avec l’adulte », conclut Mme Bergeron Gaudin.