L’Externat classique Saint-Jean Eudes : 2- « Des esprits sains dans un corps sain » | 11 octobre 2020 | Article par Réjean Lemoine

Construction de la piste d’athlétisme en 1947 (aujourd’hui, sur le site du centre sportif du Cégep Limoilou, près du parc Ferland)

Crédit photo: archives des Pères eudistes

L’Externat classique Saint-Jean Eudes : 2- « Des esprits sains dans un corps sain »

Monlimoilou réactualise les articles de l’historien Réjean Lemoine qui ont particulièrement retenu l’attention de 2010 à 2014. Dans ce second d’une série de deux textes, il souligne les valeurs de l’Externat Saint-Jean-Eudes, toujours bien ancrées dans la mission du Cégep Limoilou.

Publicité

L’externat classique de 1937 à 1967

Le collège Saint-Jean Eudes a permis à des centaines de jeunes garçons de la Basse-Ville d’avoir accès à une formation humaniste de qualité. Plusieurs personnalités publiques ont fait leurs études à Saint-Jean Eudes, comme les ex-politiciens Clément Richard et André Ouellet, le professeur et journaliste Florian Sauvageau, ou encore, l’artiste Sylvain Lelièvre et l’animateur radiophonique Jacques Boulanger.

Si le collège offre une formation scolaire solide, les activités sportives, culturelles et communautaires occupent une place importante. Les pères eudistes tiennent au vieil adage pédagogique des collèges classiques qui encouragent à former des esprits sains dans un corps sain. Durant la guerre de 1939-1945, le collège engage deux militaires canadiens qui enseignent la culture physique aux étudiants.

Une compétition dans les années 1950.
Crédit photo: archives des Pères eudistes

À la fin de la guerre, les Eudistes rêvent de réaliser un projet de stade olympique de 6 000 places dans la cour du collège, dans le but d’encourager les compétitions d’athlétisme. Leur projet se concrétise en partie en 1947 avec la réalisation, sur un terrain marécageux, de la première piste d’athlétisme de dimension olympique de la région de Québec. Dans les années 1950, cette piste permet d’organiser des compétitions tant pour les écoles du quartier Limoilou que pour des rencontres inter-collégiales.

Le hockey au premier plan

Mais le hockey s’avère le sport par excellence à l’externat classique. Sur la glace, les garçons de la Basse-Ville peuvent affronter et régler leurs différends avec leurs rivaux de la Haute-Ville du Séminaire de Québec et du Collège des Jésuites. La famille Émond, propriétaire du journal Le Courrier de Limoilou, organise aussi un festival hivernal de sport pour les écoles du quartier. En plus du sport, les étudiants du collège peuvent s’adonner au théâtre, au scoutisme et à la musique.

L’équipe de hockey du collège en 1943-44.
Crédit photo: archives des Pères eudistes

L’externat classique Saint-Jean Eudes fut un milieu de vie stimulant dont a hérité le Cégep Limoilou lors de sa fondation en 1967.

Ce texte et ces photos d’époque proviennent d’une recherche en collaboration avec la Société historique de Limoilou qui a mené à la parution de l’ouvrage Limoilou, un quartier effervescent.

Retrouvez le premier texte de la série historique L’Externat classique Saint-Jean Eudes : 
La naissance d’un collège classique.

Du même auteur, découvrez la série précédente : Déclin commercial de la 1re Avenue.

À lire aussi : Louis Grou : des valeurs en héritage pour le Cégep Limoilou.