Limoilou dans les années 1970 (46) : rue de la Pointe-aux-Lièvres | 22 novembre 2020 | Article par Jean Cazes

La rue Dorchester (aujourd’hui, rue de la Pointe-aux-Lièvres) en 1970.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Limoilou dans les années 1970 (46) : rue de la Pointe-aux-Lièvres

La série « Limoilou dans les années 1970 » revisite le passé du quartier à travers des images d’archives tirées de diverses sources.

Publicité

Immortalisée le 10 avril 1970, l’image à la une est extraite d’un négatif représentant la rue Dorchester (aujourd’hui, rue de la Pointe-aux-Lièvres) dans le Vieux-Limoilou. On voit le pont Lavigueur en arrière-plan (description des Archives de la Ville de Québec).

La photo comparative dans la galerie en fin d’article date du 18 novembre 2020. De l’autre côté de la rivière Saint-Charles, en lieu et place des installations de l’ex-entreprise National Sign Co. Ltd., la tour Écocondos Origine domine l’écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres, toujours en développement comme l’indique la construction du Lièvre (ci-dessous) qu’on devine sur la droite de la scène réactualisée.

Toujours en arrière-plan de la photo en vedette, un panache de fumée sur la gauche émane manifestement du deuxième incinérateur de Québec, en fonction de 1955 jusqu’au début des années 1970 avant qu’il soit démoli en 1976 pour être relocalisé dans Maizerets.

La rue Dorchester (aujourd’hui, rue de la Pointe-aux-Lièvres) en 1963. En complément, la photo ci-haut, objet d’une précédente capsule historique, représente cette fois une vue rapprochée près du pont Lavigueur en 1963. Ce pont dit « à bascule » comprenait un contrepoids qui servait à lever le tablier dont il a été débarrassé quatre ans plus tard, l’époque des goélettes étant révolue.

Enfin, au premier plan face à l’école Louis-Joliet, ce qui semble être un dépanneur au coin de la rue Bibaud a depuis disparu au profit d’un logement.

Archives de la Ville de Québec

De nombreuses images archivées de la Ville de Québec à l’exemple de celle-ci sont disponibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

Lire le billet précédent de la série : Limoilou dans les années 1970 : le cinéma Lairet.